Juncker appelle les Européens à respecter leurs promesses pour les migrants

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a pressé vendredi les Etats membres à respecter leurs promesses financières pour alimenter le fonds pour l’Afrique qui doit permettre de s’attaquer aux causes profondes de la migration. « La Norvège et la Suisse font mieux que trois quarts des collègues, ce n’est pas acceptable. » La migration figurait au programme de la seconde journée du sommet des 28 chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE vendredi. Lors de la conférence de presse ponctuant les travaux, le président de la Commission européenne s’est montré particulièrement excédé.

« Les Etats membres ne concrétisent pas suffisamment leurs promesses et contributions au fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique », a dénoncé le chef de l’exécutif européen. « La Commission avait été sollicitée pour contribuer, via des fonds européens, à hauteur de 1,8 milliard d’euros dans le Fonds fiduciaire. Nous avions dit à l’époque que nous attendions des Etats membres qu’ils amènent le même montant, pour avoir à disposition 3,6 milliards d’euros. Les Etats membres, évidemment, ne l’ont pas fait. »

En terme de contribution à ce fonds d’aide à l’Afrique, « la Norvège et la Suisse font mieux que trois quarts des collègues, ce n’est pas acceptable », a encore souligné Jean-Claude Juncker, avant de « presser (les Européens) à s’exécuter ».

Autre point en souffrance, la réforme du système d’asile européen (règlement de Dublin). Ce chantier était un des dossiers prioritaires de la présidence maltaise, qui se terminera finalement le 30 juin sans accord.

Partager l'article

23 juin 2017 - 16h40