Jérusalem : Ankara condamne la fermeture "inacceptable" de l'esplanade des Mosquées

Le gouvernement turc a vivement condamné lundi la fermeture pendant deux jours par les autorités israéliennes de l’esplanade des Mosquées, à Jérusalem, qualifiant une telle mesure d' »absolument inacceptable » et de « crime contre l’humanité ». « Cette décision est un crime contre l’humanité, c’est un crime commis contre la liberté de culte. Du point de vue des droits de l’homme, c’est absolument inacceptable », a déclaré lundi soir le vice-Premier ministre et porte-parole du gouvernement turc Numan Kurtulmus.
L’esplanade a été fermée vendredi et samedi après une attaque à l’arme à feu dans la vieille ville de Jérusalem au cours de laquelle deux policiers israéliens ont été tués par trois Arabes israéliens, abattus ensuite par les forces de sécurité.
La police a affirmé que les assaillants étaient venus de l’esplanade des Mosquées, qui a rouvert dimanche sous haute surveillance avec notamment la mise en place de détecteurs de métaux.
Troisième lieu saint de l’islam et site le plus sacré du judaïsme, l’esplanade abrite la mosquée Al-Aqsa et le Dôme du Rocher.
« C’est vraiment une décision inacceptable et blessante au plus haut point », a ajouté M. Kurtulmus lors d’une conférence de presse à Ankara après un Conseil des ministres.
Les relations entre la Turquie et Israël se sont réchauffées ces derniers mois après plusieurs années de froid causé par un assaut meurtrier de l’armée israélienne contre un bateau turc faisant partie d’une flottille humanitaire pour Gaza.
Fervent avocat de la cause palestinienne, M. Erdogan a quelque peu mis en sourdine ses critiques à l’endroit du gouvernement israélien, même s’il a vivement dénoncé au printemps la décision des autorités israéliennes de limiter les appels à la prière des mosquées durant la nuit.

Partager l'article

18 juillet 2017 - 00h10