JO 2016 – Quatre nageurs américains, Palme d'or du ridicule au festival olympique de Rio

Si en plus de médailles on décernait une Palme d’Or du ridicule aux JO de Rio, elle irait sans hésitation à quatre nageurs américains: ils ont tenu la planète en haleine avec un thriller de braquage par des faux policiers qui a tourné à la comédie éthylique pour ados. En fait d’attaque à main armée, ils ont été impliqués, passablement éméchés, dans une altercation avec les vigiles d’une station service lors d’une pause pipi qui a tourné au vinaigre, a expliqué le chef de la police civile de Rio, Fernando Veloso lors d’une conférence de presse.
Le multi-médaillé olympique Ryan Lochte et ses coéquipiers Gunnar Bentz, Jack Conger et James Feigen avaient prétendu avoir été braqués par des faux policiers dimanche à l’aube, alors qu’ils rentraient en taxi au Village olympique après une longue nuit arrosée au Club France, dans un quartier huppé de Rio au pied de la colline du Corcovado.
En réalité, « ils se sont arrêtés à une station service, sont allés aux toilettes, et ce que la vidéosurveillance montre, c’est que l’un d’entre eux a littéralement vandalisé les toilettes, brisant des miroirs et des objets à l’intérieur », a raconté le policier. Deux vigiles sont intervenus, ont appelé la police et ont demandé aux athlètes d’attendre, exigeant qu’ils remboursent les dégâts.
A un moment, un vigile « a pointé son arme vers eux car un membre du groupe avait un comportement violent », en l’occurrence Lochte, six fois médaillé d’or olympique durant sa carrière, a indiqué le policier. Les nageurs ne voulaient pas attendre la police et ont fini par donner de l’argent aux vigiles avant de remonter dans leur taxi.
A leur arrivée à la station service, « ils ont commencé à pisser partout », a raconté le gérant de la station service à un journaliste de G1, site du groupe de presse Globo.
« Nous pouvons affirmer que les athlètes n’ont pas été volés » et que « les images de vidéo-surveillance ne montrent aucun type de violence à leur égard », a assuré le chef de la police.
La juge chargée du dossier avait ordonné mercredi la saisie des passeports des quatre nageurs, décelant des « incohérences » dans leur version initiale.
La suite est à l’avenant. Gunnar Bentz et Jack Conger ont été débarqués in extremis mercredi soir par la police de l’avion à bord duquel ils voulaient quitter le Brésil, pour être interrogés jeudi. James Feigen se trouverait toujours dans le pays, selon plusieurs médias. Ryan Lochte n’a pas attendu que l’enquête progresse pour regagner les Etats-Unis.
« Ils ont accepté de collaborer avec l’enquête. Deux sont interrogés, et la version du premier coïncide avec les témoignages. Personnellement, je ne vois donc plus de nécessité de les garder au Brésil, mais c’est la juge qui décidera », a ajouté le chef de la police. « En théorie, l’un d’eux, ou le groupe entier, pourrait être inculpé pour dénonciation mensongère de délit, et dégradation de biens privés à la station service », a-t-il souligné. Mais même en cas de poursuites formelles, ce ne sont pas des délits « de nature à entraîner leur placement en détention », a-t-il ajouté Veloso.
Le comité organisateur des JO, lui, dédramatise. « Fichons la paix à ces gamins », a imploré Mario Andrada, porte-parole de Rio-2016, soulignant que les nageurs avaient été quatre ans sous pression pour être performants aux Jeux. « Ce sont des athlètes magnifiques, Lochte est l’un des plus grands nageurs de tous les temps. Ils ont fait une erreur, ça fait partie de la vie ».

Partager l'article

19 août 2016 - 00h55