Jean-Michel Jarre célèbre la mer Morte malgré une tempête de sable

Le compositeur français Jean-Michel Jarre a essuyé dans la nuit de jeudi à vendredi la colère des éléments en Israël avant de pouvoir donner un concert pour la sauvegarde de la mer Morte. Le spectacle a commencé avec plus de deux heures de retard au milieu de la nuit en raison d’une tempête de sable qui a balayé le site majestueux de la forteresse de Massada (Israël) aux confins du désert de Judée. “Shalom Israël!” (“bonjour Israël!”), a fini par lancer le pape de la musique électro en arrivant sur scène quand la tempête s’est dissipée. Il a ensuite prononcé quelques mots en anglais sur la “nécessité de faire du bruit” pour sauver la mer Morte.

Les rives desséchées de la mer Morte ont alors commencé à s’illuminer d’effets spéciaux et à résonner pendant plusieurs heures des morceaux les plus connus de Jean-Michel Jarre mais aussi d’extraits de ses derniers albums. Lasers, fumées, images retransmises sur des écrans géants, notamment celles filmées par une mini-caméra installée dans les lunettes du maître: la mise en scène était spectaculaire pour un spectacle dans la lignée des concerts grandioses de sa longue carrière.

Avec ce spectacle, le compositeur de 68 ans, un habitué des super-productions musicales en extérieur, entendait éveiller les consciences à l'”urgence de sauver la mer Morte” dont le niveau baisse de plus d’un mètre tous les ans. A ce rythme, l’une des grandes merveilles de la nature, située à 300 mètres au-dessous du niveau de la mer entre Israël, la Jordanie et les Territoires palestiniens, pourrait avoir disparu d’ici à 2050, s’alarment les experts.

Jean-Michel Jarre avait choisi pour toile de fond de cette super-production la citadelle millénaire de Massada, haut lieu de la conscience juive juché au sommet d’un plateau rocheux et dominant la mer Morte et le désert environnant. Des milliers de spectateurs sont venus du monde entier, notamment de Russie, du Brésil ou de France, selon une responsable de la production.

L’assèchement a commencé dans les années 1960 avec l’exploitation économique par les pays riverains des eaux du Jourdain, principale source d’approvisionnement de la mer Morte. Selon Jean-Michel Jarre, le lac salé devrait être inscrit au patrimoine mondial de l’Humanité, tout comme Massada.

Ce concert se voulait aussi un appel à la résistance contre tous les Trump du monde”. Depuis son investiture, M. Trump a donné son feu vert à la construction de l’oléoduc controversé Keystone XL, auquel son prédécesseur Barack Obama avait mis son veto au nom de la lutte contre le réchauffement. Il a déposé un projet de budget sabrant dans la quasi-totalité des fonds alloués à ce combat. Il vient de signer un décret pour le renouveau de l’industrie du charbon.

Partager l'article

07 avril 2017 - 08h45