Jan Fabre parvient à ne pas battre le record du monde de l'heure d'Eddy Merckx

L’artiste anversois Jan Fabre est parvenu, jeudi à Lyon, à ne pas battre le record du monde de l’heure établi, en 1972, par le cycliste Eddy Merckx. L’artiste a réussi l’exploit qu’il s’était assigné puisque ses efforts lui ont permis d’accomplir près de 23 kilomètres en une heure alors que le « cannibale » avait parcouru 49,432 kilomètres, établissant alors un nouveau record de l’heure cycliste. Jan Fabre a accompli sa performance sur le Vélodrome « Tête d’Or », à Lyon, en présence d’Eddy Merckx lui-même et de l’éternel second du cyclisme, le sympathique Français Raymond Poulidor.
L’artiste flamand, connu entre autres pour avoir recouvert le plafond de la salle des Glaces du palais royal de Bruxelles de carapaces de scarabées, a toutefois bénéficié de certains avantages pour réussir à ne pas battre Merckx puisqu’il est âgé de près de 58 ans alors qu’en 1972, lorsqu’il a établi son record du monde de l’heure à Mexico, Eddy Merckx n’avait que 27 ans. En outre, le champion cycliste avait établi son record en altitude. Le « cannibale » n’a d’ailleurs rien perdu de sa vélocité puisqu’à peine quelques heures plus tard, on pouvait déjà l’apercevoir dans les tribunes du stade Geoffroy Guichard pour le match de football opposant, en Europa League, les verts de Saint-Etienne aux mauves d’Anderlecht.
La tentative de Fabre de ne pas battre le record de Merckx était organisée dans le cadre de la rétrospective « Stigmata – Actions et Performances 1976-2016 » qui se tient du 30 septembre au 15 janvier 2017 au musée d’art contemporain de Lyon.
L’agence Belga a pour sa part tenté de ne pas interviewer Jan Fabre dans la foulée de sa prestation cycliste. Un défi également réussi.

Partager l'article

30 septembre 2016 - 07h15