Irak: "hors de question" pour la Turquie de rester à l'écart de l'opération de Mossoul

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé lundi qu’il était « hors de question » que la Turquie reste à l’écart de l’opération lancée par Bagdad pour reprendre Mossoul, fief du groupe Etat islamique dans le nord de l’Irak. « Nous ferons partie de l’opération, nous serons à la table. Il est hors de question que nous restions à l’écart », a déclaré M. Erdogan lors d’un discours télévisé. « Nous avons des frères à Mossoul: des Arabes, des Turkmènes, des Kurdes, ce sont nos frères », a-t-il poursuivi.

La Turquie insiste pour être associée à l’opération pour reprendre Mossoul, dont le lancement a été annoncé dans la nuit de dimanche à lundi par le Premier ministre irakien Haider al-Abadi.

Les relations entre Ankara et Bagdad se sont crispées au cours des derniers jours, la Turquie semblant tenue à l’écart alors que les préparatifs pour l’offensive vers Mossoul battaient leur plein.

Vendredi, M. Erdogan avait menacé de recourir à un « plan B » si l’armée turque n’était pas associée à cette offensive, sans toutefois donner de précisions sur les mesures éventuellement envisagées. Ankara est contre toute participation à cette offensive de milices chiites ou de groupes armés kurdes affiliés à l’ennemi juré d’Ankara, le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK, considéré comme « terroriste » par la Turquie).

Partager l'article

17 octobre 2016 - 12h40