Hollywood rend hommage à la carrière en dents de scie de Michael Keaton

Hollywood a rendu hommage jeudi à Michael Keaton en consacrant une étoile sur la « Promenade de la Célébrité » à celui qui a incarné Batman et réalisé un magistral « come-back » au cours d’une carrière de près de quarante ans. L’acteur américain de 64 ans a fait un discours aux accents politiques mêlé de plaisanteries. En veste verte et chemise entrouverte sous une chaleur de plomb, Keaton a évoqué les hauts et bas de sa carrière comme « une quête perpétuelle » de progrès. « Dire que ceci est un rêve serait incorrect car je n’ai jamais vraiment rêvé d’être célèbre », a-t-il déclaré lors d’une cérémonie sur Hollywood Boulevard. « C’est très amusant, mais ce n’est vraiment pas ce que j’avais en tête. J’ai toujours voulu être bon, et c’est tout », a-t-il assuré. « Et honnêtement, pour tout vous dire, je pense que parfois je le suis, et que parfois je suis vraiment super bon », a ajouté Michael Keaton avec ironie.

Il a profité de son discours pour louer son ami la star du basket-ball Michael Jordan, qui a dit cette semaine qu’il « ne pouvait pas rester plus longtemps silencieux » face aux tensions entre Noirs et policiers aux Etats-Unis, et plus généralement face aux tensions raciales dans le pays. Le comédien à parallèlement voulu remercier la police de Los Angeles « à un moment où les choses sont vraiment, vraiment difficiles ».

Ces deux dernières années, Keaton a remporté un Golden Globe – et une nomination aux Oscars – pour « Birdman », d’Alejandro Iñarritu, sur un ex-acteur de films de super-héros qui tente de revenir sur le devant de la scène. Keaton a aussi récolté des louanges pour sa performance dans la saga journalistique « Spotlight ». Les parallèles abondent entre la vie du personnage de « Birdman » et celle de l’acteur dont le vrai nom est Michael Douglas – il a pris un pseudonyme pour éviter la confusion avec la star de « Wall Street ». Keaton a incarné Bruce Wayne et son puissant alter ego dans le « Batman » de Tim Burton en 1989, avec lequel il avait collaboré dans « Beetlejuice » au début de sa carrière. Il est ensuite presque tombé dans l’oubli.

A la fin des années 1990, Keaton s’est retrouvé relégué aux séries B et aux rôles mineurs jusqu’à ce que son interprétation de Riggan Thomson dans « Birdman », Oscar du meilleur film de l’année en 2015, ne relance sa carrière. Le comédien vient de terminer de tourner « The Founder », sur la vie de Ray Kroc, qui a fait de McDonald’s le plus gros empire mondial du fast-food.

Partager l'article

29 juillet 2016 - 07h55