Hollywood rend hommage à la carrière en dents de scie de Michael Keaton

Hollywood a rendu hommage jeudi à Michael Keaton en consacrant une étoile sur la “Promenade de la Célébrité” à celui qui a incarné Batman et réalisé un magistral “come-back” au cours d’une carrière de près de quarante ans. L’acteur américain de 64 ans a fait un discours aux accents politiques mêlé de plaisanteries. En veste verte et chemise entrouverte sous une chaleur de plomb, Keaton a évoqué les hauts et bas de sa carrière comme “une quête perpétuelle” de progrès. “Dire que ceci est un rêve serait incorrect car je n’ai jamais vraiment rêvé d’être célèbre”, a-t-il déclaré lors d’une cérémonie sur Hollywood Boulevard. “C’est très amusant, mais ce n’est vraiment pas ce que j’avais en tête. J’ai toujours voulu être bon, et c’est tout”, a-t-il assuré. “Et honnêtement, pour tout vous dire, je pense que parfois je le suis, et que parfois je suis vraiment super bon”, a ajouté Michael Keaton avec ironie.

Il a profité de son discours pour louer son ami la star du basket-ball Michael Jordan, qui a dit cette semaine qu’il “ne pouvait pas rester plus longtemps silencieux” face aux tensions entre Noirs et policiers aux Etats-Unis, et plus généralement face aux tensions raciales dans le pays. Le comédien à parallèlement voulu remercier la police de Los Angeles “à un moment où les choses sont vraiment, vraiment difficiles”.

Ces deux dernières années, Keaton a remporté un Golden Globe – et une nomination aux Oscars – pour “Birdman”, d’Alejandro Iñarritu, sur un ex-acteur de films de super-héros qui tente de revenir sur le devant de la scène. Keaton a aussi récolté des louanges pour sa performance dans la saga journalistique “Spotlight”. Les parallèles abondent entre la vie du personnage de “Birdman” et celle de l’acteur dont le vrai nom est Michael Douglas – il a pris un pseudonyme pour éviter la confusion avec la star de “Wall Street”. Keaton a incarné Bruce Wayne et son puissant alter ego dans le “Batman” de Tim Burton en 1989, avec lequel il avait collaboré dans “Beetlejuice” au début de sa carrière. Il est ensuite presque tombé dans l’oubli.

A la fin des années 1990, Keaton s’est retrouvé relégué aux séries B et aux rôles mineurs jusqu’à ce que son interprétation de Riggan Thomson dans “Birdman”, Oscar du meilleur film de l’année en 2015, ne relance sa carrière. Le comédien vient de terminer de tourner “The Founder”, sur la vie de Ray Kroc, qui a fait de McDonald’s le plus gros empire mondial du fast-food.

Partager l'article

29 juillet 2016 - 07h55