Hollande et Sarkozy disent adieu au "Petit Journal" de Yann Barthès

Yann Barthès a présenté avec nostalgie jeudi soir sur Canal+ son dernier « Petit Journal » avec les adieux de nombreux politiques, dont François Hollande et de Nicolas Sarkozy, à l’émission impertinente créée en 2004. Poil-à-gratter des politiques dont il dévoilait impitoyablement les artifices de communication, révélateur de talents comiques comme le duo Catherine et Liliane, créateur de méthodes indiscrètes comme des perches tendues pour capter les apartés des meetings, le « Petit Journal » version Barthès aura marqué toute une génération de téléspectateurs, dont une partie ne s’informaient qu’à travers ses satires.

Devant un public de près de 200 fans, Yann Barthès a présenté un florilège des meilleurs moments de l’émission, faisant la part belle aux « habitués »: des politiques comme Nadine Morano ou Bernadette Chirac, mais aussi des célébrités, comme Catherine Deneuve (marraine de l’émission).

L’équipe a également titillé une dernière fois la classe politique, ce qui ne l’a pas empêché de recueillir les adieux de François Hollande: « si j’ai un conseil à vous donner, c’est de garder votre liberté, c’est le plus important ». Ou ceux de Nicolas Sarkozy qui a comparé l’émission au footballeur Zlatan Ibrahimovic: « vous avez fait un super transfert pour passer d’une chaîne en crypté à une chaîne en clair » (TF1).

« Je vous pardonne », leur a lancé Nicolas Dupont-Aignan.

Visiblement ému, Yann Barthès a remercié le public et son équipe à la fin de l’émission, hors antenne.

Canal+, contrôlé depuis l’été dernier par Vincent Bolloré, a assuré que l’émission, devenue la plus regardée de la chaîne, continuerait à la rentrée mais dans une formule « rénovée ». Selon la presse, Cyrille Eldin, intervieweur provoc des politiques pour le « Petit Journal », en deviendra le présentateur.

Mais tout autant que la suppression des Guignols de la grille en clair, le départ de Yann Barthès, qui rejoint TF1, reflète la mutation de Canal+, où Vincent Bolloré veut privilégier le crypté, et ne croit ni à une vitrine en clair ni à l' »esprit Canal » des débuts.

Partager l'article

24 juin 2016 - 11h40