"hlm sur Cour(t)", le logement social inspire des fictions aux jeunes cinéastes

“Hlm sur cour(t)”, un concours de courts-métrages destiné à promouvoir “un autre regard sur le logement social”, célèbre sa 4e édition pendant la Semaine nationale des HLM, où bailleurs sociaux, associations et habitants organisent rencontres et événements festifs, du 4 au 12 juin. Présidé par l’actrice Céline Sallette, le jury qui mêle professionnels de l’urbanisme et de l’audiovisuel, a sélectionné 3 scénarii parmi les 60 reçus, qui ont donné lieu à des courts-métrages, tournés avec l’appui de bailleurs sociaux.

Ces films seront primés lors d’une projection au Forum des images à Paris, le 9 juin.

Leur point commun ? Ils posent “un regard libre, bienveillant et original sur le logement social et les histoires qu’il abrite”, et s’écartent des idées reçues pour mettre en avant des valeurs d’échange, de solidarité et de métissage.

Ecrit, joué et tourné par Valérie Leroy à Paris et Montrouge, chez le bailleur 3F, le tendre et loufoque “Grand bain” dresse le portrait de Mia, une jeune femme en pleine rupture sentimentale et professionnelle, qui emménage à la va-vite dans un logement où elle dort à même le sol.

Pour combattre ses angoisses et faire plaisir au concierge qui l’a aidée à son arrivée, Mia s’improvise professeur de natation. La piscine étant fermée pour une durée indéterminée, les cours auront lieu… hors de l’eau.

Délicatement mélancolique, “La Vie d’une autre” qu’Arthur Shelton a filmé chez Caen Habitat, relate la renaissance d’une enseignante à la dérive, cloîtrée chez elle. Celle-ci retrouve peu à peu le goût des – petites – choses de la vie, en se glissant dans la peau de sa joyeuse voisine, aveugle.

“Les habitants se sont impliqués dans le projet. On a créé avec eux de vrais liens de confiance, ce qui a grandement facilité notre travail”, a expliqué Arthur Shelton.

Joyeux et rythmé, “Coupé court”, tourné à Évry, chez Essonne Habitat par Ugo Simon, suit la frénétique journée d’un jeune coiffeur à domicile, chez qui débarquent une ribambelle de potes.

En quatre ans, “Hlm sur cour(t)” a contribué à faire émerger de jeunes talents: lauréate de la première édition, Maïmouna Doucouré a vu son deuxième film sélectionné par une centaine de festivals et primé au prestigieux festival de cinéma indépendant de Sundance (Etats-Unis).

Quant à “Gagarine” de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh, Grand Prix 2015, il a également été distingué au festival du film international de Saint-Jean-de-Luz.

Partager l'article

27 mai 2016 - 14h05