Hermès interpellé sur les conditions d'abattage des autruches par Peta

L’association de défense des animaux Peta a interpellé mardi Hermès sur les conditions d’abattage des autruches, dont la peau est destinée à de la maroquinerie de luxe, le groupe français affirmant de son côté respecter les législations internationales. A l’assemblée générale annuelle d’Hermès à Paris, la porte-parole de Peta France, Isabelle Goetz, a fait état d’une vidéo tournée en Afrique du Sud dans une ferme d’élevage d’autruches, qui est selon cette association “un fournisseur exclusif d’Hermès” et où “de jeunes autruches sont massacrées pour des sacs”.
Mme Goetz – qui avait acheté une action Hermès pour pouvoir assister à l’assemblée générale – a dit avoir dénoncé devant plusieurs centaines d’actionnaires les conditions dans lesquelles les autruches sont plumées et “la souffrance endurée par ces animaux pour ces sacs”.
“Est-ce qu’Hermès va un jour cesser d’utiliser des peaux exotiques ?”, a-t-elle demandé aux membres de la direction du groupe.
“Hermès n’a aucun fournisseur exclusif d’autruches”, lui a répondu de la tribune le patron du groupe, Axel Dumas.
“Nous demandons à tous nos partenaires de respecter non seulement la législation internationale” mais “même les règles d’Hermès qui sont beaucoup plus strictes”, a-t-il ajouté.
La vidéo met également en cause la maison italienne Prada, l’élevage d’autruches lui fournissant aussi des peaux, assure Peta.
L’ONG avait déjà diffusé en 2015 des images tournées dans des élevages de crocodiles et d’alligators fournissant selon elle des peaux à Hermès, dénonçant “des pratiques cruelles au cours de leur abattage”.

Partager l'article

01 juin 2016 - 07h55