Hamon "surpris" par la décision de Valls de ne pas le parrainer

L’ex-Premier ministre français Manuel Valls a confirmé mardi qu’il ne parrainerait pas Benoit Hamon, le candidat qui l’a battu à la primaire de la gauche pour l’élection présidentielle. « Je découvre cette décision. Elle m’a, honnêtement, surprise », a réagi M. Hamon mardi soir sur le plateau de TF1. « Moi, je ne me sens pas trahi, mais sans doute les électeurs de la primaire se sentent-ils aujourd’hui trahis. En démocratie, le respect de la parole donnée, c’est important », a-t-il ajouté, alors que Manuel Valls s’était engagé à soutenir le vainqueur de la primaire. « Comment lutter efficacement contre le Front national quand justement soi-même on ne respecte pas le verdict des urnes », a interrogé Benoît Hamon. Alain Juppé, lui, n’a pas hésité à parrainer François Fillon, le candidat républicain, malgré le gouffre qui les sépare, a-t-il relevé.

Même si Benoît Hamon dispose déjà de plus du double du nombre de parrainages requis pour valider sa candidature, le refus de Manuel Valls de le soutenir en dit long sur les divisions au sein du parti socialiste français.

« Je ne parrainerai personne et je n’ai aucune leçon de responsabilité ou de loyauté à recevoir », a déclaré mardi l’ancien Premier ministre lors d’une réunion à huis clos à l’Assemblée nationale avec ses alliés, selon des témoins cités par l’AFP.

« Je ne peux pas me retrouver dans ce que je considère comme une dérive (…) Nous ne pouvons pas accepter une gauche qui se replie sur elle-même et parfois dans une forme de sectarisme », a-t-il encore lancé devant environ 300 personnes.

Dans Paris Match, il a aussi plaidé qu’il ne pouvait « pas assumer autant de contradictions » après l’accord du vainqueur de la primaire avec le candidat écologiste Yannick Jadot.

Manuel Valls a toutefois démenti appeler à voter Emmanuel Macron.

Partager l'article

15 mars 2017 - 10h40