GB : Assange réclame sa libération, un an après une décision de l'ONU

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange a appelé à nouveau lundi le Royaume-Uni et la Suède à « appliquer » la décision d’un comité de l’ONU qui avait jugé il y a un an sa détention « arbitraire ». « J’appelle le Royaume-Uni et la Suède à agir de manière juste en me libérant. Ces deux Etats ont signé des traités reconnaissant l’ONU et ses mécanismes de protection des droits de l’homme », a indiqué Julian Assange dans un communiqué.

Un groupe de travail de l’ONU avait appelé le 5 février 2016 à mettre fin à sa « détention arbitraire », une demande qui avait été immédiatement rejetée par Londres et Stockholm.

Julian Assange, 45 ans, est réfugié à l’ambassade d’Equateur à Londres depuis juin 2012 pour éviter une extradition vers la Suède où des accusations de viol sont portées à son encontre, qu’il nie.

M. Assange dit craindre que Stockholm ne l’envoie ensuite vers les Etats-Unis où il devrait répondre de la publication par WikiLeaks des documents militaires et diplomatiques révélés par Chelsea Manning.

Le fondateur de WikiLeaks s’est dit prêt mi-janvier à se rendre aux Etats-Unis, où il court le risque de lourdes accusations, à condition que ses droits soient garantis.

Partager l'article

06 février 2017 - 16h50