facebook gplus home menu play rss search tlbxl_b tv twitter youtube

"Galant, je vous dis merde": amère, l'ex-ministre règle ses comptes

La députée wallonne et ex-ministre de la Mobilité, Jacqueline Galant, règle ses comptes dans un livre au titre coup de poing: « Galant, je vous dis merde! ». Elle évoque son enfance, la difficulté de faire de la politique et plusieurs épisodes qui ont marqué son mandat sur un ton amer. Les bourrasques n’ont pas manqué pendant à peine un an et demi: approximations sur le montant des économies à réaliser à la SNCB, qui lui colleront à la peau, maladresses dans la désignation d’un cabinet d’avocats dans le dossier du survol de Bruxelles, report de la mise à 4 voies du RER et enfin la révélation d’un rapport de la commission européenne sur la sûreté aéroportuaire qui provoquera sa chute.

Tout au long du livre, Jacqueline Galant se pose en victime, que ce soit du jeu médiatique, du patron de l’administration des transports, Laurent Ledoux, ou de la guerre des clans au sein du MR. Si elle décrit le premier ministre Charles Michel comme son « deuxième frère », elle charge en revanche la barque de Didier Reynders. Dans la guerre des clans qui déchire le MR en 2010, elle est une « Michélienne » de la première heure. A la lire, elle l’a payé au prix fort. Dès le début de son mandat, elle est la cible de critiques. « Je pense que Didier Reynders les a clairement alimentées », affirme-t-elle. « Pilonner (avec succès) les ‘hommes’ de Charles Michel était l’occasion rêvée pour Didier Reynders de s’en prendre au premier ministre sans devoir l’attaquer frontalement ». Et lorsqu’elle décide de démissionner, elle apprend qu’elle l’a déjà fait par une fuite venant du « kern » dans la presse. Elle y devine là encore la main de Reynders.

Jacqueline Galant se livre aussi de façon plus intime. Elle décrit son amour pour son père et la répulsion que ses conquêtes féminines lui inspirent, le complexe de se sentir « grosse et moche » à l’adolescence, ses déceptions amoureuses, le sacrifice de sa vie privée au profit de la politique et la blessure d’être prise pour l' »idiote du village ». Elle ne fait pas de plan sur l’avenir. « On verra dans trois ans », souligne-t-elle.

L’ouvrage est publié aux éditions Luc Pire.

Abonnez-vous à nos newsletters

Fil d'actu Toutes les dépêches

19 février 2017 Infrabel autorisé à approcher le lieu de l'incident à Louvain

Infrabel a reçu vers 16h15 l’autorisation du parquet d’approcher l’endroit où un train a déraillé, samedi, a annoncé le gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire. « Nos équipes vont pouvoir évaluer précisément les dégâts o lire plus

Belga

19 février 2017 Le pape appelle à la fin des violences en RDC

Le pape François a appelé dimanche les autorités de la République démocratique du Congo (RDC) à rapidement stabiliser la situation politique dans leur pays, en condamnant particulièrement l’usage d’enfants soldats. Au moins 25 personnes ont ét lire plus

Belga

19 février 2017 Le site de la SNCB hors service

Le site internet de la SNCB est hors service samedi depuis le milieu de l’après-midi. Le service informatique tente de solutionner le problème dont l’origine est inconnue, selon la société ferroviaire. « Les équipes informatiques sont conscientes du problème lire plus

Belga

19 février 2017 Le Standard et La Gantoise se neutralisent (1-1) et restent hors du top-six

Le Standard et La Gantoise se sont quittés sur un partage 1-1, dimanche, dans le cadre de la 27e journée de la Jupiler Pro League. Stefan Mitrovic (51e) a répliqué au but d’ouverture d’Orlando Sa (44e). Les deux équipes restent hors du top-six. Ce match entre le ne lire plus

Belga

19 février 2017 Carnaval de Venise: "vol de l'Ange" pour le début des festivités

Masqués et vêtus de costumes d’époque, ils étaient des dizaines de milliers à se presser dimanche place Saint-Marc à Venise pour assister au traditionnel « vol de l’Ange » qui marque le début des festivités du Carnaval. A midi, Claudia Marchiori s lire plus

Belga

19 février 2017 Renzi démissionne de la présidence du Parti démocrate

L’ancien Premier ministre italien Matteo Renzi a démissionné dimanche de la présidence du Parti Démocrate (PD), la formation de centre-gauche au pouvoir. Il a toutefois laissé la porte ouverte à son retour prochain en politique. M. Renzi a officiellement pr lire plus

Belga

http://www.vivreici.be/
http://www.hlcoiffure.com/
http://www.celini.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.cocof.be/
http://www.rtbf.be/vivacite/
http://www.stib-mivb.be/