Fusillade à Orlando – Sous le choc, les homosexuels refusent de céder à la peur

Plusieurs milliers de personnes ont participé lundi soir à une veillée à Londres pour dire, comme à Dublin, Berlin, Sydney ou Paris, leur effroi après le carnage dans un club gay d’Orlando et leur refus de céder à la peur. Dans le quartier central de Soho, à proximité du pub gay « Admiral Duncan » qui avait été la cible d’un attentat à la bombe perpétré par un néonazi en 1999 (trois morts), les drapeaux arc-en-ciel flottaient au-dessus d’une foule évaluée par la police à « 5.000 à 7.000 personnes ». Celles-ci ont observé deux minutes de silence avant de libérer 49 ballons aux couleurs vives correspondant au nombre des morts dans la discothèque américaine.
A Amsterdam, capitale du premier pays à légaliser le mariage entre personnes du même sexe, en 2000, plusieurs centaines de personnes se sont retrouvées dans le centre-ville, au monument à la mémoire des victimes homosexuelles du Troisième Reich.
Dans la capitale allemande, mais aussi à Sydney, Bangkok, Tel Aviv ou Paris, des milliers de personnes ont signé des registres de condoléances, déposé des fleurs et allumé des bougies à la mémoire des victimes de la fusillade.
Dans la nuit de samedi à dimanche, 49 personnes ont été tuées et une cinquantaine blessées quand Omar Seddique Mateen, un Américain d’origine afghane âgé de 29 ans, a ouvert le feu à l’intérieur d’une boîte de nuit emblématique de la communauté gay d’Orlando, en Floride.

Partager l'article

13 juin 2016 - 23h50