Fusillade à la mosquée de Québec – Le second suspect a appelé lui-même la police

Le second suspect arrêté par les policiers en lien avec l’attentat terroriste qui a fait six morts dans une mosquée de Québec, dimanche soir, aurait appelé lui-même les policiers pour se rendre, selon Radio-Canada, qui cite une source policière. L’homme aurait été pris de remords quelques minutes après la fusillade. Il a alors appelé les policiers, selon Radio-Canada. S’en est suivi une courte poursuite, qui s’est terminée près du pont de l’Île d’Orléans, à une vingtaine de kilomètres de la mosquée, lorsque le suspect a immobilisé son véhicule. Après de courtes négociations, il aurait accepté de se rendre aux policiers. Au moins une arme aurait été trouvée dans son véhicule.

La porte-parole de la Sûreté du Québec, Christine Coulombe, a indiqué que la police traitait l’événement comme un attentat terroriste en raison « d’éléments d’enquête » qui n’ont pas été divulgués. L’autre suspect a été arrêté près de la mosquée, dont 39 personnes présentes au moment de l’attaque sont sorties indemnes. « Rien ne laisse croire qu’il y aurait d’autres suspects », a encore précisé la porte-parole.

Selon le Collectif canadien anti-islamophobie, l’imam de la mosquée, le frère Azeddine, fait partie des victimes.

Via Twitter, le Premier ministre Charles Michel a condamné un « attentat lâche » et exprimé ses « pensées » pour « les victimes et leurs proches ». Le bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur a lui témoigné la solidarité de la capitale avec la ville de Québec. « La haine ne peut triompher », a-t-il ajouté.

Partager l'article

30 janvier 2017 - 10h10