France: le peuple du canal du Midi perpétue 350 ans de vie sur l'eau

Autrefois les habitants du canal du Midi, dont le chantier a été lancé il y a 350 ans, étaient mariniers, bateliers et éclusiers, vivant du fret et de l’activité fluviale. Aujourd’hui ils sont salariés de grandes entreprises, fonctionnaires ou artistes et l’ont choisi pour le charme de ses berges, à l’écart du tumulte de la ville. Sous les platanes ou bercés par le clapotis de l’eau, ils savourent la douceur de vivre de ce canal du sud-ouest de la France, attentifs à le protéger. Le canal du Midi fut l’un des plus grands chantiers de l’Histoire. Décidé sous le roi Louis XIV en 1666, il visait à relier la Méditerranée à l’Atlantique, un rêve de près de cinq siècles jusqu’à ce que Riquet le concrétise en présentant un projet à Colbert en 1662. Le 7 octobre 1666, le « roi Soleil » signait l’édit autorisant la construction du canal. Trente ans plus tard, en 1684, le chantier était terminé.

Sur 240 km, le canal du Midi s’étend ainsi de la Méditerranée à Toulouse où il rejoint le fleuve Garonne et permet de naviguer jusqu’à l’Océan atlantique. Le silence à peine froissé par le passage des vélos et des rollers sur les berges ombragées, Emma Tissier prend le thé avec son compagnon anglais sur leur péniche de 29 mètres. Ici à Ramonville, le port-sud de Toulouse, « on n’est ni à la campagne, ni à la ville, on est totalement déconnectés du monde urbain ». La plupart des habitants du canal sont « pénichards » sédentaires, arrivés par vagues dans les années 1990-2000.

Depuis 350 ans, « le canal vit et se métamorphose, c’est dans l’air du temps », relativise Claudine Wytrowa, la patronne d’une péniche-épicerie, qui a fait ce choix de vie après un « burn-out ». Il y a vingt ans, en 1996, le canal du Midi a été classé au patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco, ce qui a dopé sa fréquentation touristique. Après ce classement, « tout est allé plus vite pour le développement », témoigne Nelly Gourgues, qui a pris la succession de la librairie familiale du Somail. « Maintenant, des péniches du monde entier s’arrêtent », dit-elle, déversant un flot d’Anglais, Allemands, Néerlandais ou Russes, dont certains viennent explorer les rayonnages de la librairie, avec ses 35.000 livres. Le canal du Midi concentre aujourd’hui 28% du tourisme fluvial en France.

Partager l'article

10 octobre 2016 - 09h20