France: L'Autorité de sûreté nucléaire demande à EDF l'arrêt rapide de 5 réacteurs

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) demande à EDF « l’arrêt rapide » de cinq réacteurs nucléaires supplémentaires. L’ASN a détecté des « anomalies sérieuses » sur quatre autres réacteurs déjà à l’arrêt, a annoncé mardi le président de l’autorité,
confirmant une information du journal français Challenges. Ces arrêts concernent les centrales nucléaires de Civaux (Vienne, réacteur 1), de Fessenheim (Haut-Rhin, réacteur 1), de
Gravelines (Nord du pays, réacteur 4) et du Tricastin (Drôme, réacteurs 2 et 4).
Les générateurs de vapeur de douze réacteurs sont équipés de fonds primaires fabriqués par le forgeron japonais JCFC
susceptibles de présenter une concentration en carbone particulièrement élevée. « Des anomalies du même type que celle
infectant la cuve de l’EPR de Flamanville », précise le président de l’ASN, Pierre-Franck Chevet.
A la suite de contrôles réalisés sur quatre de ces réacteurs, l’ASN a détecté des anomalies « sérieuses » d’excès de concentration en carbone sur les générateurs de vapeur. Elle a donc décidé « d’anticiper les contrôles sur cinq réacteurs », ce qui nécessite leur arrêt, a expliqué Pierre-Franck Chevet.
Lors de contrôles sur les pièces des réacteurs déjà à l’arrêt, des valeurs en carbone atteignant 0,40 ont été découvertes, précise-t-il. « Alors que le taux de carbone attendu, normal, est de l’ordre de 0,20. »
« EDF a confirmé qu’elle réalisera ces contrôles sur les cinq autres réacteurs sous trois mois«, précise le communiqué de l’ASN.

Partager l'article

18 octobre 2016 - 21h40