facebook gplus home menu play rss search tlbxl_b tv twitter youtube

Fillon dit que l'enquête sur l'emploi de sa femme fera "taire une campagne de calomnie"

Le candidat de la droite à la présidentielle française, François Fillon, a affirmé mercredi que l’ouverture d’une enquête pour vérifier la réalité de l’emploi de sa femme comme collaboratrice parlementaire « permettra de faire taire une campagne de calomnie ». L’ancien Premier ministre a demandé à être reçu « dans les plus brefs délais » par le parquet national financier, qui a ouvert une enquête sur des faits présumés de détournement de fonds publics, à la suite des révélations de l’hebdomadaire Le Canard enchaîné.
« J’ai appris par la presse l’ouverture d’une enquête préliminaire du Parquet national financier », a écrit François Fillon, qui n’avait pas répondu aux journalistes en fin d’après-midi à Bordeaux lorsque la justice a annoncé l’ouverture de cette enquête.
« Cette décision particulièrement rapide permettra de faire taire cette campagne de calomnie et de mettre un terme à ces accusations dénuées de tout fondement », a-t-il estimé.
Au coeur de la polémique: le fait que Penelope Fillon, sans profession connue et toujours en retrait des activités politiques de son mari, ait « perçu environ 500.000 euros bruts » entre 1998 et 2012, soit jusqu’à 7.900 bruts mensuels, en tant qu’attachée parlementaire de son mari puis de son suppléant à l’Assemblée nationale, Marc Joulaud, selon l’hebdomadaire Le Canard Enchaîné, qui met en doute la réalité de son travail.
François Fillon a dit « s’étonner que des faits aussi anciens et légaux fassent l’objet d’une telle campagne, à trois mois du premier tour de l’élection présidentielle ». Il a promis de se battre « pour que triomphe la vérité et pour défendre (son) honneur ».
Ces allégations tombent mal pour l’ancien Premier ministre conservateur du président Nicolas Sarkozy, donné pour l’heure gagnant de la course à la présidence à l’issue d’un duel au deuxième tour avec la candidate d’extrême droite Marine Le Pen.
La pratique d’employer des proches est répandue dans le monde politique en France. Elle est légale tant que l’emploi n’est pas fictif. En 2014, de 10 à 15% des 900 parlementaires faisaient travailler un membre de leur famille portant le même nom qu’eux.

Abonnez-vous à nos newsletters

Fil d'actu Toutes les dépêches

20 août 2017 Charlottesville: le secrétaire au Trésor défend Donald Trump

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a défendu samedi le président Donald Trump, amplement critiqué pour avoir renvoyé dos à dos néo-nazis et anti-racistes après les violences de Charlottesville, et a exclu de d lire plus

Belga

20 août 2017 Les professions libres se féminisent (SNI)

En dix ans, le nombre de professions « libres » – comme médecin, architecte, avocat, … – a augmenté de 65%. Près d’un indépendant sur trois exerce désormais une telle profession. C’est principalement grâce aux femmes que cette progression est constatée lire plus

Belga

20 août 2017 Philippines: l'Eglise monte au créneau contre les meurtres

Le chef de l’influente Eglise catholique des Philippines a appelé dimanche à mettre fin au « gâchis de vies humaines » après une semaine particulièrement violente dans la guerre contre la drogue menée par le président Rodrigo Duterte. Les opératio lire plus

Belga

20 août 2017 Météo – Temps assez ensoleillé dimanche, jusqu'à 21 degrés, avec des développements nuageux

Le temps sera généralement sec avec des développements nuageux dans la journée de dimanche. Les températures seront de 15 à 21 degrés, indique l’IRM. Le temps sera assez ensoleillé dans la plupart des régions. En journée, les nuag lire plus

Belga

20 août 2017 L'armée libanaise reprend un tiers du bastion EI à Ras Baalbek

L’armée libanaise a repris un tiers de la région bordant sa frontière nord-est avec la Syrie des mains du groupe terroriste Etat islamique, selon des sources officielles citées par la BBC. Les troupes gouvernementales libanaises ont lancé samedi une offensive lire plus

Belga

20 août 2017 Attentats en Catalogne – Un imam au centre de l'enquête sur les attentats, dans un pays en deuil

Au troisième jour de deuil national en Espagne, l’attention se concentre sur un imam d’une petite localité de Catalogne dont sont originaires plusieurs membres de la cellule djihadiste responsable des attentats de Barcelone et Cambrils. La presse espagnole s’interrogesur le rôle lire plus

Belga

http://www.vivreici.be/
http://www.hlcoiffure.com/
http://www.celini.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.cocof.be/
http://www.rtbf.be/vivacite/
http://www.stib-mivb.be/