Festival de Sundance: Redford promet un "mouvement" populaire

Robert Redford a refusé de se lancer dans des commentaires sur Donald Trump à l’ouverture du festival de Sundance mais s’est dit convaincu qu’un “mouvement” populaire combattrait les coupes budgétaires promises par le nouveau président américain. L’acteur mythique de 80 ans était interrogé jeudi sur la façon dont le cinéma serait touché par l’arrivée à la Maison Blanche du magnat de l’immobilier, mais a répondu que la politique n’avait pas sa place au festival américain de cinéma indépendant qu’il a fondé.

“Les présidents vont et viennent. Le pendule balance d’un côté à l’autre. Ca a toujours été le cas et le sera probablement toujours”, a dit la star deux fois oscarisée lors d’une conférence de presse pour lancer l’édition 2017 de ce rassemblement annuel dans les montagnes d’Utah, dans l’ouest des Etats-Unis.

“Nous ne nous occupons donc pas de politique. Nous essayons de nous en abstenir et de nous focaliser sur les histoires racontées par les artistes”, a-t-il ajouté.

Sans faire de référence directe à Donald Trump, l’interprète de “L’Arnaque” ou de “Butch Cassidy and the Sundance Kid” (d’où est tiré le nom du festival) a expliqué s’attendre à des baisses du financement public dans la culture et a affirmé que beaucoup craignaient que “les choses s’assombrissent”.

Le républicain, qui sera officiellement investi président des Etats-Unis vendredi, a promis des coupes dures dans les dépenses gouvernementales.
“Les gens qui n’étaient pas intéressés (…) vont maintenant réaliser qu’ils sont directement touchés et vont s’élever” contre ces réductions budgétaires, a anticipé M. Redford.

“J’espère et je pense que cela va entraîner un mouvement” contre ces baisses de financement et que “les gens vont se rebeller contre ça”.

Partager l'article

20 janvier 2017 - 10h25