Fausses vacances à la mer sous le toit du "plus grand bâtiment du monde"

Des vagues artificielles soulèvent les foules d’estivants avant de se briser sur une plage de béton, sur fond de palmiers: sous le toit du « plus grand bâtiment du monde », se mêlent artifices et consumérisme effréné à la chinoise… très loin de l’océan. Le « New Century Global Center » est devenu en trois ans un monument de Chengdu, capitale de la province du Sichuan et métropole emblématique de l’ébouriffant essor économique du sud-ouest de la Chine.

Cet imposant parallélépipède, de 100 mètres de haut, pour une base de 500 mètres de long et 400 mètres de large, est présenté comme « le plus grand bâtiment du monde d’un seul tenant », avec une surface totale de 1,76 million de m2, quand à Washington le Pentagone en offre 600.000.

Cet édifice démesuré, où le visiteur perd aisément son chemin, abrite des centaines de boutiques, de restaurants, de bureaux, des cinémas et une patinoire, ainsi qu’un gigantesque espace aux allures de caverne occupé par un parc aquatique, sous les voûtes d’une armature métallique si haute qu’elle en devient un ciel artificiel.

Dans un immense bassin, des vagues se succèdent, actionnées par une puissante machinerie, avant de s’échouer sur une fausse plage de béton couleur sable longue de 400 mètres, entourée de stands de restauration et de plantes luxuriantes: un air de station balnéaire, à 1.000 km des côtes les plus proches.

Des centaines de Chinois immergés jusqu’aux genoux guettent les vagues ou s’éclaboussent, tout en tentant de s’apercevoir sur un gigantesque écran: y sont projetées des images vidéos des « nageurs » filmés en temps réel, entre des clips musicaux sud-coréens.

Non loin, une imitation d’église surmontée d’un haut clocher de type italien et entourée de palmiers accueille des séquences photos. Une cage abrite une poignée de paons, tandis qu’une fresque de village grec instille une ambiance méditerranéenne. Partout, les visiteurs brandissent leurs smartphones et multiplient les selfies.

Autour du bassin, des hôtels de luxe alignent les chambres avec « vue sur l’océan » sur des façades traversées de fausses lianes façon jungle, et une « promenade » ombragée en hauteur accueille les terrasses de restaurants de fruits de mer.

Selon les médias, le gouvernement local a dépensé plus de 6 milliards de dollars dans ce bâtiment, censé consolider le statut de Chengdu comme centre économique dynamique.

Partager l'article

19 août 2016 - 12h05