ExxonMobil demande à l'administration Trump de respecter les accords sur le climat

La compagnie pétrolière ExxonMobil a demandé à l’administration Trump de respecter l’accord de Paris sur la lutte contre le réchauffement climatique que la Maison Blanche juge « mauvais », selon une lettre communiquée mardi par cette entreprise à l’AFP. Dans cette lettre datée du 22 mars, Peter Trelenberg, responsable des politiques environnementales chez ExxonMobil, rappelle que la compagnie pétrolière, l’une des plus importantes au monde, « soutient l’accord de Paris comme un cadre efficace pour répondre aux risques du changement climatique ».
« Nous pensons que les Etats-Unis sont en bonne position pour être compétitifs dans le cadre de l’accord de Paris avec d’abondantes ressources en faible teneur en carbone comme le gaz naturel et des entreprises privées innovantes y compris dans les secteurs du pétrole, du gaz et de la pétrochimie ».
La lettre est adressée à David Banks, conseiller spécial du président Donald Trump pour l’énergie internationale et l’environnement.
M. Trump a affirmé son scepticisme sur cet accord et Scott Pruitt, qu’il a nommé à la tête de l’agence de protection de l’environnement américaine (EPA) a récemment estimé qu’il s’agissait d’un « mauvais accord ». Des discussions ont lieu actuellement au sein de l’administration pour établir si les Etats-Unis doivent ou non s’en retirer.
L’ex-PDG d’ExxonMobil, Rex Tillerson, est l’actuel chef de la diplomatie de Donald Trump. Il s’était exprimé en faveur d’une taxe carbone alors qu’il dirigeait cette entreprise.
« Contrairement aux accords de Kyoto, l’accord de Paris est le premier accord international qui s’attaque au changement climatique en établissant des engagements de réduction d’émissions de la part des économies développées et en développement.
C’est primordial car les pays en développement, non-membres de l’OCDE, représentent déjà l’essentiel des émissions de gaz à effet de serre avec la Chine comme premier émetteur et l’Inde en passe de dépasser les Etats-Unis comme le deuxième avant la moitié du siècle », souligne M. Trelenberg.
Donald Trump s’est attaqué mardi au bilan de son prédécesseur Barack Obama sur le climat, promettant un renouveau de l’industrie du charbon dans un discours au cours duquel il n’a toutefois pas mentionné une seule fois la question du changement climatique.
Il avait également à la mi-mars fait marche arrière sur les normes fixées à l’horizon 2025 pour réduire les émissions polluantes des voitures.

Partager l'article

29 mars 2017 - 00h55