Euro 2016 – "On est tous derrière Marc Wilmots"

Le retour à Lille d’Eden Hazard n’a pas donné lieu à la fête espérée. Le capitaine des Diables quitte la cité nordiste sur une élimination en quarts de finale de l’Euro 2016. C’est la seconde élimination d’affilée dans un grand tournoi pour les Diables Rouges, qui avaient été sortis par l’Argentine en quarts de finale du Mondial 2014. « Chaque défaite est toujours difficile à avaler, mais ça fait partie du football, il y a des choses plus graves », déclare Eden Hazard. « Je trouve qu’aujourd’hui, on a mieux joué que contre l’Argentine. A l’époque, on était timoré, on n’osait pas jouer. On avait des regrets parce qu’on n’avait pas tout essayé. Aujourd’hui, on a fait 20 très bonnes premières minutes. On marque un super but. Après, tout d’un coup on a reculé, et on s’est retrouvé mené. Sur la fin, on a poussé, on s’est créé des occasions mais on ne les a pas mises au fond. Eux ont marqué et le match était plié. On est tous déçus, surtout qu’il y avait tous les fans et que le pays était derrière nous. Au niveau de la qualité, on est meilleur que cette équipe du pays de Galles mais ils ont peut-être joué avec plus de courage et plus d’envie et c’est ce qui a fait la différence. Ils avaient aussi plus d’expérience. »
Le joueur formé au LOSC ne dresse pas un bilan totalement négatif de l’Euro. « On a fait trois bons matches contre l’Irlande, la Suède et la Hongrie. On va continuer à travailler ensemble avec cette génération, parce qu’on prend du plaisir à jouer ensemble. On va essayer de faire des choses ensemble. Dans deux ans il y a la Coupe du monde, après en 2020 il y aura un Euro, après un Mondial en 2022… »
Reste à voir si cet avenir se fera avec Marc Wilmots. « On est tous derrière lui. Il a beaucoup été critiqué, mais je pense que tous les 23 joueurs du groupe sont derrière lui », dit Hazard. « On a grandi avec lui depuis quelques années, on a eu des super bons moments avec lui. Aujoud’hui, c’est une déception mais on espère tous qu’il va continuer. C’est lui qui prendra sa décision. On la respectera, mais s’il continue, tant mieux ».

Partager l'article

02 juillet 2016 - 01h55