Euro 2016 – Antonio Conte élogieux envers les Diables Rouges, "ils n'ont que peu de points faibles"

Antonio Conte, le sélectionneur italien, ne tarissait pas d’éloges à l’encontre des Diables Rouges qu’il affrontera lundi à Lyon (21h00) en ouverture du groupe E. « Je pense que la Belgique est un des favoris du tournoi », a estimé le prochain entraîneur de Chelsea dimanche au stade de Lyon. « De notre côté, nous avons fait tout ce qui était possible pour être au mieux. Pour ça, je suis content. Nous espérons que ce sera un beau match. Pour cela, il va être important d’utiliser notre tête. C’est un match entre deux équipes qui veulent attaquer. La technique, la tactique, le physique, seront autant d’éléments cruciaux. La Belgique n’a que peu de points faibles. C’est une belle équipe qui peut se faire un nom tout seul sur ce tournoi. Ils ont de bons joueurs qui jouent dans de grandes équipes. Ils ont de l’expérience dans chaque ligne. De grandes qualités au milieu et beaucoup d’expérience en défense. Je ne pense pas que la défense soit leur talon d’Achille quand on a Courtois, Alderweireld, Vermaelen et Vertonghen, des joueurs de Chelsea, Tottenham et Barcelone ».
Le dernier duel entre les deux formations (3-1 pour les Diables en amical en novembre dernier à Bruxelles) aura été spectaculaire.
« Notre équipe peut s’adapter à différentes tactiques durant la rencontre », estime encore Antonio Conte, confiant dans son équipe. « Je suis vraiment content de tous les gars. Pour nous, il y a de la fierté, de la joie et le sens des responsabilités. La vérité viendra du terrain. Nous devrons tout donner pour ne rien regretter ».
L’Italie ne s’est pas entraînée dans le stade de Lyon dimanche n’arrivant qu’en fin d’après-midi. Pour Antonio Conte, il ne s’agissait nullement de rester à l’abri des yeux indiscrets. « Non pas du tout. Nous faisons toujours cela. C’est mon habitude de s’entraîner le matin et de partir plus tard dans la journée. Nous le faisons toujours, lors de nos matches de préparation et en qualifications pour l’Euro. Nous le faisons ici aussi. »

Partager l'article

12 juin 2016 - 21h40