Etudes de médecine – Le ministre Marcourt revoit sa copie après les remarques du Conseil d'Etat

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a modifié mercredi, après les remarques formulées par le Conseil d’Etat, son avant-projet de décret visant à instaurer un examen d’entrée pour les études de médecine et dentisterie. La principale modification adoptée prévoit d’organiser, dès septembre 2017, l’examen dans un seul lieu, et non plus de manière décentralisée dans les différentes facultés de médecine. Cet examen devrait se tenir le 8 septembre prochain dans un lieu encore à déterminer.

Par ailleurs, les matières soumises à examen ont été quelque peu adaptées. Les étudiants seront toujours évalués à la fois sur leurs connaissances et leurs aptitudes à exercer la profession médicale. L’évaluation sera toutefois globalisée, et non plus scindée.

Enfin, en écho aux nombreuses critiques formulées ces dernières semaines envers la décision du ministre d’organiser cet examen sur une seule date, M. Marcourt a ouvert la voie mercredi à une organisation sur deux dates, sur base d’un nouvel avis sollicité auprès de l’Académie de recherche et d’enseignement supérieur (ARES), a-t-il indiqué devant la plénière du Parlement.

Toutefois, cette organisation sur deux dates (une début juillet, l’autre début septembre sans doute) ne pourra être appliquée que pour la rentrée de 2018 seulement.

Selon M. Marcourt, les facultés de médecine ne pouvaient matériellement organiser cette année à la fois le concours de sélection en fin de 1er bachelier, et deux épreuves du nouvel examen d’entrée.

La nouvelle mouture de l’avant-projet de décret a été adressée ce mercredi même au Conseil d’Etat qui dispose d’un mois pour se prononcer. Selon M. Marcourt, ce délai supplémentaire ne compromettra pas l’adoption du texte à heure et à temps pour la prochaine rentrée académique.

Partager l'article

25 janvier 2017 - 16h20