Etudes de médecine : "Le fédéral ne fait rien pour les stages des étudiants de la double cohorte"

Le ministre de l’Enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles Jean-Claude Marcourt a déploré mercredi l’inaction, selon lui, du fédéral pour garantir des places de stages en suffisance aux nombreux médecins qui termineront leur master fin 2018 en raison de la “double cohorte”. Dans une lettre ouverte jeudi dernier, les doyens des facultés de médecine de l’UCL, de l’ULB et de l’ULg exprimaient leur vive inquiétude à ce sujet.

“Le fédéral ne fait rien”, que ce soit pour assouplir les normes pour devenir maître de stages ou en matière de financement, a déploré mercredi le ministre en plénière du Parlement.

Il a précisé être en contact avec différents hôpitaux du nord de la France pour voir si ceux-ci ne pouvaient intégrer plusieurs médecins stagiaires belges.

La problématique, a poursuivi M. Marcourt, a été évoquée en début de semaine lors de la réunion interministérielle Santé.

La ministre fédérale de la Santé Maggie De Block y a indiqué “continuer à travailler” pour trouver des “places de stages qualitatives” pour les étudiants concernés, a ajouté M. Marcourt en réponse à une question du député Patrick Prévot (PS).

Suite au passage des études de médecine de 7 à 6 ans en 2012, deux promotions termineront leur master en juin 2018.

Cette “double cohorte” représente au total quelque 1.800 étudiants qui devront se choisir une voie de spécialisation (médecine générale, cardiologie, pédiatrie, …), assortie de période de stages. Mais selon les doyens de médecine, il manquerait plus de 1.000 places de stage pour satisfaire tout le monde.

Partager l'article

29 mars 2017 - 17h35