En attendant la Lune, un projet de sculpture s'invite dans l'ISS

Envoyer une sculpture sur la Lune: c’est le projet ambitieux mais tout à fait sérieux d’une artiste française qui s’apprête à faire tester une maquette de son œuvre par les astronautes de la Station spatiale internationale (ISS). Sorte de fleur « vivante », la sculpture d’Anilore Banon, « Vitae », aura la forme d’un cocon doré qui sera fermé le jour et s’ouvrira la nuit, découvrant des silhouettes de personnages stylisés. A certains moments choisis, un point lumineux devrait être visible depuis la Terre avec un télescope basique.

Œuvre participative, elle emportera avec elle les empreintes de nombreuses mains de Terriens qui seront gravées sur la corolle.

« L’objectif est de réunir symboliquement l’humanité autour d’un projet susceptible d’emmener les gens vers un futur positif », explique à l’AFP Anilore Banon qui a conçu l’œuvre dans son atelier parisien.

Si l’aventure va jusqu’à son terme, cela ne sera pas la première œuvre d’art installée sur la Lune. En 1971, la mission Apollo 15 a déposé en toute discrétion une petite sculpture en aluminium à la surface de notre satellite.

Réalisée par le Belge Paul Van Hoeydonck et intitulée « Fallen astronaut », elle rend hommage aux spationautes américains et russes morts pour la conquête spatiale.

Pour mettre toutes les chances de son côté, Anilore Banon a travaillé pendant quatre ans avec des scientifiques de la société française Dassault Systèmes et avec l’ingénieur britannique Shaun Whitehead.

Habituée aux œuvres monumentales, Anilore Banon a dû se tourner vers des matériaux légers pour pouvoir les envoyer dans l’espace. L’œuvre pèsera 1,5 kg dans sa version la plus modeste, pour un diamètre de 1,50 m.

La sculpture sera recouverte d’un film capable de supporter les importantes variations de température sur la Lune.

Grâce à un alliage de nickel et de titane à mémoire de forme, lorsque la température sera élevée le jour, le cocon sera clos. Avec l’arrivée de la nuit et la chute des températures, la corolle s’ouvrira.

Partager l'article

15 février 2017 - 07h45