Electrabel veut se serrer la ceinture

La société énergétique Engie Electrabel veut faire des économies, a indiqué le secrétaire syndical ACV (CSC) Jurgen Geeroms vendredi à l’issue d’un conseil d’entreprise extraordinaire. Des licenciements ne sont pas à l’ordre du jour, mais il est question de 275 départs volontaires. Electrabel confirme un plan d’économie de 430 millions dans le Benelux d’ici 2018. Ce plan d’économie fait partie du plan « Lean 2018 » de la maison-mère Engie, qui prévoit des investissements à hauteur de 22 milliards d’euros, notamment dans les nouvelles technologies, mais aussi un milliard d’euros d’économies.
Dans les pays du Benelux, Engie souhaite économiser 430 millions d’euros, a confirmé un porte-parole de l’entreprise à Belga. « 80% des économies se feront par un gain d’efficacité, 20% sur le personnel », selon le syndicaliste Jurgen Geeroms.
Electrabel confirme: « Nous estimons que 275 personnes quitteront l’entreprise sur base volontaire. Les détails doivent encore être déterminés. Nous devons adapter les effectifs à la réalité et aux parts de marché », selon le porte-parole, qui ajoute qu’Electrabel continue à engager en parallèle.
L’objectif est que la société retrouve la santé financière à l’horizon 2018. Les mauvais chiffres s’expliquent notamment par les prix planchers de l’électricité qui mettent les marges sous pression, selon M. Geeroms.
Engie Electrabel ajoute que les économies ne concerneront pas la sécurité nucléaire. « Au cours des cinq prochaines années, 1,8 milliard d’euros seront investis dans les centrales. La plus grande partie – 1,3 milliard d’euros – sera consacré à la prolongation de la durée de vie de Doel 1 et 2 et de Tihange 1 », selon le porte-parole.

Partager l'article

20 janvier 2017 - 16h00