Elections législatives néerlandaises 2017 – L'optimisme de mise dans la classe politique européenne avec l'avance de Mark Rutte

Les chefs de gouvernement européens ont réagi positivement dans la nuit de mercredi à jeudi aux premières tendances qui se dégageaient des urnes néerlandaises, alors que le parti libéral (VVD) du Premier ministre Mark Rutte reste en tête avec 33 sièges, selon les dernières prévisions basées sur des résultats partiels. Son avance par rapport au leader d’extrême droite Geert Wilders, qui a longtemps dominé les sondages, est perçu comme un signal encourageant pour l’Europe, qui se prépare aux élections en France et en Allemagne où les partis eurosceptiques marquent des points. Le Premier ministre belge a personnellement félicité Mark Rutte dans la soirée, a indiqué son porte-parole. La chancelière allemande en a fait de même par téléphone. “Je me réjouis de continuer à coopérer en tant qu’amis, voisins et Européens”, a-t-elle transmis à M. Rutte, en fin de second mandat, selon un message posté sur Twitter par son porte-parole, Steffen Seibert.
Le président de la commission européenne, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, a aussi salué la “nette victoire” de M. Rutte, observant avec satisfaction un “vote contre les extrémistes”. M. Juncker “a parlé avec Mark Rutte (et l’a) félicité pour sa nette victoire: un vote pour l’Europe, un vote contre les extrémistes”, a tweeté le porte-parole du président de l’exécutif européen, Margaritis Schinas.
En France aussi, le message des Néerlandais a été interprété sous l’angle européen. Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault s’est félicité mercredi soir que la montée de l’extrême droite ait été “enrayée” lors des législatives aux Pays-Bas, y voyant la volonté d’une “Europe plus forte”.
En Italie, qui a vu le Mouvement Cinq Etoiles (populiste) confirmer sa popularité lors du référendum constitutionnel en décembre, le Premier ministre Paolo Gentiloni s’est réjoui d’un “non au Nexit” (contraction en anglais de ‘Netherlands’ et ‘exit’, soit la sortie des Pays-Bas de l’Union européenne, ndlr). “La droite anti-UE a perdu les élections aux Pays-Bas”, a-t-il commenté sur les réseaux sociaux.

Partager l'article

16 mars 2017 - 06h30