Détention une semaine sur deux – "Le ministre prend-il en compte la charge de travail supplémentaire?", se demande la CGSP

« Le ministre prend-il en compte la charge de travail administratif supplémentaire que cela représente pour le personnel pénitentiaire? », s’interroge vendredi Robby De Kaey, de l’ACOD, l’aile néerlandophone de la CGSP. Le syndicaliste réagit à l’introduction par le ministre de la Justice Koen Geens d’une mesure permettant la détention une semaine sur deux. Ce dernier a introduit une mesure d’urgence visant à lutter contre la surpopulation carcérale en autorisant, à partir du 6 juillet, des « congés pénitentiaires prolongés » pour certaines catégories de détenus, rapportaient vendredi La Dernière Heure et Het Laatste Nieuws.

Les détenus qui étaient autorisés jusqu’ici à prendre maximum trois fois 36 heures de congés, soit quatre jours et demi dehors, pourront rentrer chez eux une semaine sur deux.

Pour « maximaliser » les effets de cette mesure, il est demandé aux directeurs de prison de placer les détenus bénéficiant de ces congés prolongés dans les mêmes cellules. « Ils les occuperont à tour de rôle. Lorsqu’un détenu sera en prison, l’autre sortira et ainsi de suite. Ils alterneront pour l’occupation de la cellule », ajoute la note.

Pour le représentant de l’ACOD Robby De Kaey, « cette mesure engendrera beaucoup de travail administratif. Si les détenus sortent une semaine sur deux, ils devront également enregistrer leurs effets personnels, ce qui provoquera à nouveau un surcroît de travail ». Le syndicaliste socialiste se demande s’il n’est pas préférable de fonctionner par périodes de 14 jours et non de 7, permettant ainsi de réduire la charge supplémentaire de moitié.

Partager l'article

23 juin 2017 - 17h40