Didier Reynders se réjouit de l'annonce d'un compromis

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders se réjouit de l’annonce du compromis conclu samedi entre les différentes parties congolaises et tient à « féliciter » la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), qui a facilité le dialogue. « Ce texte constitue un pas important et positif vers une courte transition inclusive », estime le vice-Premier ministre. L’accord conclu sous la médiation des évêques autorise M. Kabila à demeurer à la tête du pays jusqu’à « fin 2017 », en contrepartie de la création d’un Conseil national de transition (CNT) présidé par l’opposant historique Etienne Tshisekedi et la nomination d’un Premier ministre issu de sa coalition « le Rassemblement ».

La transition « devrait nécessairement permettre l’organisation en 2017 d’élections libres, la réouverture de l’espace démocratique et la gestion consensuelle de la transition dans le respect de la Constitution », selon M. Reynders. « Ces mesures essentielles constituent les clés de la sortie de crise », dans laquelle est plongé le pays depuis la non-organisation des élections présidentielles de 2016.

La Belgique appelle désormais les négociateurs à poursuivre leur travail en ce sens et les institutions congolaises à clarifier et intensifier dans les semaines à venir les opérations qui mèneront à ces élections avant la fin de l’année et à augmenter la transparence budgétaire des élections pour créer les conditions de gouvernance « faisant défaut aujourd’hui » et qui permettront un soutien externe.

« La Belgique sera attentive à la mise en œuvre de ce texte, ainsi qu’aux mesures qui seront prises en vue d’un rétablissement de l’espace démocratique et des droits et libertés afin que toutes les opinions trouvent à s’exprimer dans le pays et que les élections puissent constituer le reflet authentique des aspirations du peuple congolais », conclut le communiqué.

Partager l'article

01 janvier 2017 - 19h00