Diables Rouges – "Grosse déception mais on sait à présent où on est et où on doit aller"

Déçu mais pas démonté, le nouveau sélectionneur des Diables Rouges Roberto Martinez est rentré au vestiaire sous les « Wilmots, Wilmots! » d’une (petite) partie du public après la défaite sans appel, 0-2, de ses Diables Rouges contre ses compatriotes de la Roja jeudi soir en match amical au Stade Roi Baudouin. « On veut bien sûr toujours gagner mais qu’aurait-on appris en battant un adversaire mineur? », a-t-il demandé à son auditoire en conférence de presse. « La déception est grande, bien sûr, mais j’ai aussi recueilli un maximum d’informations grâce à cette très forte et conquérante équipe d’Espagne. Je suppose que les joueurs aussi, auront compris pas mal de choses ce soir. Que le talent ne suffit pas pour commencer. On a vu maintenant où on en est. La réalité des choses. Et tout ce qu’il reste donc à faire pour arriver là où on veut aller… »
« Mais il va maintenant falloir réagir très vite », a poursuivi Roberto Martinez. « Car jeudi prochain à Nicosie c’est un match à enjeu qui nous attend contre Chypre. Je pense et j’espère que Thomas Vermaelen sera rétabli d’ici là. J’ai voulu voir comment Origi se débrouillerait vu que Romelu (Lukaku, ndlr), je le connais par cœur. Mais cette défaite est celle de toute une équipe et pas de tel ou tel joueur… », a conclu Roberto Martinez, qui ne s’était sans doute pas imaginé des débuts aussi difficiles à la tête de l’équipe belge.

– Comme dans un rêve –

Le (nouveau) sélectionneur espagnol Julen Lopetegui était lui évidemment ravi.
« C’était comme dans un rêve », a-t-il d’ailleurs avoué. « Rien que le résultat déjà, mais pas seulement. On a réussi un match quasi-parfait face à une équipe belge de toute première qualité. On a pas mal souffert au début mais ce sont assez rapidement les Belges qui ont dû courir derrière le ballon. Le plus souvent sans succès et jusqu’au coup de sifflet final. Koke et Busquets étaient les maîtres. Ils ont fait la différence et encore plus après l’entrée au jeu de Diego Costa. Je n’ai aucun reproche à formuler envers Morata dont la blessure ne semble heureusement pas grave, mais Diego était hyper-motivé, et cela s’est vu. On a tellement bien joué que les spectateurs ont malgré tout pris du plaisir en nous regardant jouer », assura pour finir Julen Lopetegiui.

Partager l'article

02 septembre 2016 - 00h45