Des universitaires gantois découvrent une "vaccination biologique" pour les plantes

Des bio-ingénieurs ont réussi à protéger du froment et du riz contre les maladies grâce aux GLV (Green Leaf Volatiles), les substances volatiles des feuilles vertes, similaires à celles libérées, par exemple, par l’herbe fraîchement coupée, a indiqué l’Université de Gand. Les scientifiques décrivent leur découverte comme “une sorte de vaccination pour les plantes”. Les chercheurs de la faculté des bio-ingénieurs de l’Université de Gand ont découvert que cette substance, produite par les plantes elles-mêmes, pouvait augmenter la résistance de ces dernières.

“L’herbe fraîchement tondue répand une odeur spécifique”, explique le chercheur Maarten Ameye. “Cette odeur provient de la substance qu’une plante produit quand elle est attaquée, par exemple par un insecte ou une tondeuse. Les plantes produisent ces substances pour communiquer réciproquement. En la diffusant, les plantes font savoir à leurs voisines qu’elles sont menacées par un danger.”

Ces substances volatiles peuvent également servir à augmenter la résistance des plantes. “Nous avons constaté que le froment et le riz montraient une plus grande résistance à certaines maladies lorsqu’ils étaient exposés à ces substances volatiles”, poursuit Maarten Ameye, selon qui les résultats de ses recherches constituent une étape importante vers une solution innovante et durable pour protéger les cultures.

Partager l'article

17 août 2017 - 07h45