facebook gplus home menu play rss search tlbxl_b tv twitter youtube

Des salariés d'Air France jugés dans le scandale de la "chemise arrachée"

La photo d’un responsable d’Air France, la chemise en lambeaux, avait fait le tour du monde. Le procès de 15 salariés de la compagnie aérienne s’ouvre mardi, un an après ces violences jugées catastrophiques pour l’image de la France. Poursuivis pour « violences » ou pour « dégradation », ils doivent comparaître mardi et mercredi à Bobigny, près de Paris, où plusieurs syndicats ont appelé à manifester pour « exiger leur relaxe ». Les prévenus, dont certains ont déjà été licenciés par Air France, encourent au maximum trois ans de prison et 45.000 euros d’amendes. L’affaire remonte au 5 octobre 2015. Au siège d’Air France, sur le site de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, la direction présente aux représentants du personnel un plan de restructuration qui menace 2.900 emplois.

A l’extérieur, plus de 2.000 manifestants sont rassemblés pour protester contre ce projet. Soudain, une centaine parvient à forcer la grille d’accès. Lors d’un mouvement de foule, deux directeurs sont malmenés, ainsi que des vigiles chargés de leur protection. Au cri de « à poil, à poil », « démission », l’un d’eux se retrouve torse nu, forcé d’escalader un grillage pour échapper à la vindicte. L’autre est évacué chemise et costume déchirés entre deux agents de sécurité. Les deux responsables sortent indemnes de l’épisode mais les images de leur fuite, filmées par de nombreux médias, mettent à mal les efforts du gouvernement socialiste pour convaincre les investisseurs étrangers que le climat social s’est apaisé dans un pays habitué aux grèves et manifestations.

Depuis, Air France, portée par une conjoncture favorable, est revenue sur son plan de restructuration mais reste secouée par des tensions avec les pilotes et le personnel de cabine qui ont observé plusieurs jours de grève fin juillet. Dans le tribunal, les débats s’annoncent tout aussi houleux entre des prévenus enclins à dénoncer la « violence patronale » et une direction qui juge inacceptable le recours à la violence physique.

Abonnez-vous à nos newsletters

Fil d'actu Toutes les dépêches

7 décembre 2016 Opérations "coup de poing" à Paris… contre les rats

La Ville de Paris a annoncé mercredi qu’elle allait lancer une série d’opérations « coup de poing »… contre les rats, dont la présence « en grand nombre pose des problèmes sanitaires, esthétiques et économiques ». « Afin d’enrayer l’augmentation r lire plus

Belga

7 décembre 2016 Ligue des champions de basket – Charleroi s'incline de justesse sur le parquet du Besiktas

Le Spirou de Charleroi s’est incliné mercredi soir 68-66 sur le parquet des Turcs du Besiktas, à Istanbul, lors de son 8e match dans le groupe E de la Ligue des champions de basket. Il s’agit d’une 5e défaite pour les Carolos dans cette phase de groupes de la Ligue des champions lire plus

Belga

7 décembre 2016 Espagne: nouvelle arrestation de faux policiers qui volaient des touristes

Un groupe de voleurs iraniens et pakistanais, qui ciblaient des touristes à Barcelone en se faisant passer pour des policiers, a été arrêté, a annoncé mercredi la police deux jours après l’annonce du démantèlement d’un gang utilisant le m lire plus

Belga

7 décembre 2016 Un tribunal irlandais débloque 100 M EUR de fonds appartenant à Khodorkovski

Un tribunal dublinois a décidé mercredi de débloquer 100 millions d’euros de capitaux appartenant à l’ancien oligarque russe et opposant au Kremlin Mikhaïl Khodorkovski, a rapporté le quotidien irlandais Irish Times. Le juge Timothy Lucey a estimé qu’il lire plus

Belga

7 décembre 2016 Ligue des champions de volley – Maaseik débute la phase de groupe par une défaite au Dinamo Moscou

Le club de Maaseik a débuté la phase de groupes de la Ligue des champions de volley, chez les messieurs, par une défaite mercredi, 3-1 au Dinamo Moscou: 25-22, 23-25, 25-22 et 25-20. Du côté des Moscovites, Kostyantin Bakun a été le meilleur marqueur a lire plus

Belga

7 décembre 2016 Le viol et le meurtre d'une fillette de 7 ans choque la Colombie

La justice colombienne a placé mercredi en détention provisoire un architecte de 38 ans suspecté d’avoir violé et tué une fillette de 7 ans enlevée dans un quartier pauvre de Bogota, une affaire qui suscite une très grande émotion dans le pays. lire plus

Belga

http://www.vivreici.be/
http://www.hlcoiffure.com/
http://www.celini.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.cocof.be/
http://www.rtbf.be/vivacite/
http://www.stib-mivb.be/