Des débuts aux styles anglo-saxons pour une brasserie bruxelloise

La dernière brasserie à voir le jour à Bruxelles, No Science, fait le pari de produire des bières aux styles plutôt appréciés outre-Manche, comme des porters, des bitters ou des IPA (Indian Pale Ale), « des styles minoritaires au pays des bières d’abbaye », ont indiqué vendredi les responsables au cours d’une conférence de presse. Maxime Dumay et Manuel Mengoni ont établi leur microbrasserie dans un atelier de 120 m2 à Greenbizz, l’incubateur d’entreprises prônant le développement durable, inauguré en avril dernier et soutenu par la Région bruxelloise.

Les premiers litres de ‘Noisy’, une pale-ale à 6% vol. alc, ont été distribués dans quelques cafés spécialisés et des cavistes de la capitale, essentiellement à Forest, Saint-Gilles et Bruxelles-Ville. La première née suit la ligne de conduite recherchée par ses concepteurs. Ceux-ci entendent surprendre le public en privilégiant l’amertume et l’astringence pour laisser de côté le sucre et la forte teneur en alcool. Deux autres bières sont annoncées, une de table à 3,5%, la ‘Psycho’, et un porter pour les fêtes de fin d’année, baptisé ‘Heavy’ (6%).

Au travers du nom de la brasserie et de leurs bières, les fondateurs ne cachent pas leurs origines. « ‘No Science’ rappelle que nous ne sommes pas maîtres-brasseurs, que la bière, dans le temps, c’était de l’artisanat. Quant aux bières, leurs noms sont directement inspirés de l’ambiance que l’on peut retrouver au Magasin 4, une salle de concerts à Bruxelles où j’ai travaillé », situe Maxime Dumay.

L’installation qui a bénéficié d’un soutien de la Société Régionale d’Investissement de Bruxelles (SRIB), devrait permettre aux responsables de brasser quelque 600 hectolitres dès l’an prochain, le plafond étant situé à 800 hectolitres.

Elle est déjà opérationnelle mais des travaux sont encore nécessaires « afin de la rendre présentable » d’ici le printemps prochain, selon ses occupants.

No Science est la troisième brasserie à ouvrir à Bruxelles en un peu plus d’un an, après En Stoemelings dans les Marolles et Brussels Beer Project avenue Antoine Dansaert.

Partager l'article

14 octobre 2016 - 18h40