Des centaines de camions immatriculés en Hongrie découverts sur un parking à Opglabbeek

L’Union belge du Transport(UBT) a découvert jeudi soir des centaines de camions du transporteur hongrois Waberer rangés sur un parking à Opglabbeek dans le Limbourg. Les chauffeurs de ces camions, originaires d’Europe de l’Est, rentrent en autocar dans leur pays pour les fêtes de fin d’année, peut-on lire dans un communiqué du syndicat des transporteurs. Tout comme l’an dernier, à cette même période de l’année, un nombre important de camions a été retrouvé en stationnement dans la ville limbourgeoise d’Opglabbeek. En décembre l’année passée, des centaines de camions avaient déjà été découverts parfaitement rangés dans une prairie à côté d’une ferme. Cette année, les camions sont garés sur un parking de l’entreprise flamande Jet Group.
“C’est un membre vigilant de l’UBT qui nous signalait jeudi soir que plusieurs centaines de camions de la firme hongroise étaient stationnés sur les terrains de la firme de transport Jet, dans le zoning industriel d’Opglabbeek”, indique John Reynaert, adjoint au secrétaire fédéral de l’Union belge du Transport. Il précise que les camions “sont littéralement entassés les uns contre les autres.”
L’UBT dénonce la pratique de dumping social de ce transporteur hongrois. “La firme Waberer compte plusieurs milliers de camions, immatriculés en Hongrie, pour effectuer des transports internationaux, à ce qu’elle prétend. Pourtant, pendant la période de fin d’année, les camions restent en Europe occidentale. Les chauffeurs de la firme ne roulent presque jamais dans le pays où les camions sont immatriculés, ils sillonnent pendant des mois la Belgique, les Pays-Bas, la France, l’Allemagne, etc. Ils sont contraints de vivre dans leur camion et ne touchent qu’une fraction du salaire payé aux chauffeurs de l’Europe occidentale”, s’indigne M. Reynaert.
Plus tôt dans la journée jeudi, un parking semblable de la société Waberer a été découvert sur les terrains d’une firme de transport à Eersel aux Pays-Bas.
Le syndicat des transporteurs UBT exige des contrôles plus pointus. “Il faut mettre fin à la concurrence déloyale qui fait que des chauffeurs belges sont licenciés et que les chauffeurs de l’Europe de l’Est subissent des conditions de vie et de travail inhumaines et ce pour un salaire de misère”, a insisté Frank Moreels, le secrétaire fédéral du transport routier auprès de l’UBT.

Partager l'article

22 décembre 2016 - 22h35