De plus en plus de sociétés permettent aux employés de venir travailler avec leurs chiens

En novembre 2015, Nestlé Purina avait permis à une partie de ses employés d’amener leurs chiens sur leur lieu de travail. Depuis quelques jours, l’entreprise qui commercialise de la nourriture pour animaux a étendu cette initiative à toutes les divisions qui le souhaitent. Ce phénomène n’est pas nouveau et est d’ailleurs très répandu aux USA. Des études ont démontré que cela avait même des effets bénéfiques sur les travailleurs. La décision de Nestlé Purina vise à rendre l’atmosphère de travail beaucoup plus agréable. « En novembre 2015, nous avons soumis une enquête à nos employés pour savoir qui était disposé à travailler avec des animaux et les réponses étaient plutôt favorables », raconte Catherine Mentior, Communication Manager chez Nestlé Belgilux. « Nous avons donc testé le concept au sein d’une de nos divisions. Tout s’est bien passé. Nous avons alors décidé de donner cette possibilité à toutes les autres divisions. »

Nestlé Purina est l’une des entreprises pionnières en la matière en Belgique. Aux Etats-Unis, amener son animal de compagnie au boulot est davantage entré dans les us et coutumes. Près d’un quart des entreprises le permet à ses employés. En 2010 et 2012, la Michigan University et la Commonwealth University ont démontré que la présence d’un ami à quatre pattes sur le lieu de travail pouvait réduire le niveau de cortisol (hormone du stress) et favoriser la confiance et la collaboration entre travailleurs.

Tout le monde n’est pas d’accord d’évoluer avec un chien ou un chat dans ses parages. Des solutions ont donc été mises en place chez Nestlé Purina. « Nous avons installé des ‘dog-in stations’, des espaces particuliers où le maître peut venir travailler avec son chien », poursuit Catherine Mentior. Comme l’explique l’avocat spécialisé en droit du travail Vincent Chiavetta, « il n’y a pas vraiment de règle qui interdit d’amener son animal de compagnie au travail. Ceci-dit, l’employeur qui souhaite accueillir des animaux doit le signaler dans son règlement et analyser les risques que cela peut entraîner. L’entreprise est également obligée d’en discuter avec les organes de concertation et éviter de contrevenir aux règles en matière d’hygiène ». Finalement, c’est le bon sens et le respect de l’autre qui priment, assure-t-on chez Nestlé. « Nous faisons confiance à nos employés pour amener des chiens propres et calmes. Un planning est également établi pour éviter la présence de plus de deux chiens par semaine. »

Partager l'article

05 juillet 2016 - 15h30