De Block attend encore l'avis validé du Conseil national des professions paramédicales De Block attend encore l'avis validé du Conseil national des professions paramédicales

La ministre de la Santé Maggie De Block (Open Vld) attend toujours l’avis validé du Conseil national des professions paramédicales (CNPP) pour communiquer sa décision définitive sur le sort des psychomotriciens. “Nous l’attendons sous peu”, a fait savoir son cabinet jeudi, sans préciser de date. Le cabinet De Block n’a pas souhaité s’exprimer sur la mise en demeure adressée à la ministre par la Fédération des étudiants francophones (FEF) quant à la reconnaissance du métier de psychomotricien. “Nous ne ferons pas de commentaire à ce sujet”, a-t-il affirmé.

Les étudiants, rejoints par l’Union professionnelle belge des psychomotriciens francophones (UPBPF), reprochent à la ministre de ne pas encore avoir pris de décision quant à la reconnaissance du métier en Belgique, laissant les personnes concernées dans une “incertitude inacceptable”.

Le 23 juin déjà, Mme De Block avait indiqué devant la Chambre qu’elle attendait l’avis validé du CNPP sur l’opportunité de reconnaître officiellement la profession pour prendre une décision. Celui-ci considère que le métier de psychomotricien ne peut être ajouté à la liste des professions paramédicales dans la mesure où les actes des psychomotriciens ressortent à d’autres spécialisations ou professions comme la kinésithérapie, la logopédie, l’ergothérapie ou l’orthopédagogie clinique.

Des formations de psychomotricien sont pourtant organisées depuis 2012 en Fédération Wallonie-Bruxelles. Ces études concernent un millier d’étudiants et quelque trois cents diplômés.
La ministre de la Santé Maggie De Block (Open Vld) attend toujours l’avis validé du Conseil national des professions paramédicales (CNPP) pour communiquer sa décision définitive sur le sort des psychomotriciens. “Nous l’attendons sous peu”, a fait savoir son cabinet jeudi, sans préciser de date. Le cabinet De Block n’a pas souhaité s’exprimer sur la mise en demeure adressée à la ministre par la Fédération des étudiants francophones (FEF) quant à la reconnaissance du métier de psychomotricien. “Nous ne ferons pas de commentaire à ce sujet”, a-t-il affirmé.

Les étudiants, rejoints par l’Union professionnelle belge des psychomotriciens francophones (UPBPF), reprochent à la ministre de ne pas encore avoir pris de décision quant à la reconnaissance du métier en Belgique, laissant les personnes concernées dans une “incertitude inacceptable”.

Le 23 juin déjà, Mme De Block avait indiqué devant la Chambre qu’elle attendait l’avis validé du CNPP sur l’opportunité de reconnaître officiellement la profession pour prendre une décision. Celui-ci considère que le métier de psychomotricien ne peut être ajouté à la liste des professions paramédicales dans la mesure où les actes des psychomotriciens ressortent à d’autres spécialisations ou professions comme la kinésithérapie, la logopédie, l’ergothérapie ou l’orthopédagogie clinique.

Des formations de psychomotricien sont pourtant organisées depuis 2012 en Fédération Wallonie-Bruxelles. Ces études concernent un millier d’étudiants et quelque trois cents diplômés.

Partager l'article

11 août 2016 - 11h45