Décès d'Otto Warmbier – Pyongyang, un régime "brutal", "hors-la-loi", "barbare" et "inhumain"

Le président américain Donald Trump a réagi lundi à l’annonce du décès de l’étudiant américain Otto Warmbier, récemment rapatrié de Corée du Nord avec de graves lésions cérébrales, en comparant Pyongyang à un régime « qui ne respecte pas l’autorité de la loi ou la décence humaine la plus basique ». Dans une déclaration transmise par la Maison Blanche, il a indiqué présenter, avec son épouse Melania, ses « plus profondes condoléances » à la famille du jeune homme. « Il n’y a rien de plus tragique, pour un parent, que de perdre un enfant dans la fleur de l’âge. Nos pensées et prières vont à la famille et aux amis d’Otto, ainsi qu’à tous ceux qui l’aimaient », ajoute le président.
« Le sort d’Otto renforce la détermination de mon administration à éviter que de telles tragédies affectent des personnes innocentes, aux mains de régimes qui ne respectent pas l’autorité de la loi ou la décence humaine la plus basique. Les Etats-Unis, une nouvelle fois, condamnent la brutalité du régime nord-coréen, dont nous pleurons la dernière victime ».
L’ambassadrice américaine auprès des Nations Unies Nikki Haley a également rapidement réagi, peu après l’annonce de la famille de l’étudiant de Cincinnati, dans l’Ohio, qui était âgé de 22 ans. Dans des mots durs, la diplomate évoque « l’inhumanité du régime » placé sous l’autorité de Kim Jong-un, une inhumanité « connue du monde depuis des décennies ». Ce « gouvernement hors-la-loi » a « torturé et assassiné des générations de ses propres citoyens », rappelle-t-elle. « D’innombrables hommes et femmes innocents sont morts aux mains des criminels nord-coréens, mais le cas singulier d’Otto Warmbier touche le cœur des Etats-Unis comme aucun autre », estime Nikki Haley. Le décès du jeune homme, arrêté en janvier 2016 puis condamné en mars par la justice nord-coréenne à 15 ans de travaux forcés pour avoir subtilisé une affiche de propagande dans un hôtel où il logeait, « servira de rappel indélébile de la nature barbare de la dictature nord-coréenne ».

Partager l'article

20 juin 2017 - 00h40