Coupe Davis – Johan Van Herck, le capitaine belge: "C'est un scénario incroyable"

On s’attendait à ce que la Belgique assure le maintien au sein du groupe mondial de Coupe Davis dimanche après l’un des deux derniers simples face au Brésil, mais Ruben Bemelmans et Joris De Loore ont déjoué tous les pronostics en s’imposant dès samedi en cinq sets dans le double face à Marcelo Melo et Bruno Soares, deux joueurs du top 10 mondial du double. « Je n’avais même pas espéré un tel scénario », a avoué le capitaine belge Johan Van Herck. « C’est un scénario incroyable. On ne partait pas dans l’idée de gagner le match, mais de grandir en tant qu’équipe de double. Au début, Ruben et Joris étaient un peu stressés, un peu hésitants, mais ils se sont améliorés au fil du match. Tous les deux ont vraiment sorti un gros match. Ruben a très bon joué et Joris a grandi au fur et à mesure. A la fin, ils ont vraiment atteint un très haut niveau. C’est à 3-2 dans le 5e set que j’ai senti que l’on pouvait gagner ».
Le double a souvent été cause de tracas pour la Belgique en Coupe Davis. Avec ce qu’ils ont montré samedi, Bemelmans et De Loore pourraient-ils devenir la paire de double de l’équipe belge? « Ils ont montré aujourd’hui qu’ils pouvaient l’être, mais il faut confirmer à l’avenir. C’est à eux de continuer à jouer ensemble et de confirmer sur le circuit. Il faut continuer à travailler sur ces bases. La sélection a été faite en fonction de ce double, j’avais l’idée d’associer Ruben et Joris dès le début. Ils ont pu travailler ensemble en se concentrant sur le double pendant toute la semaine. Nous ne voulions pas voir deux joueurs de simple jouer ensemble, mais avoir une vraie équipe de double. Nous nous sommes beaucoup entraînés, et cela a porté ses fruits ».
Le maintien assuré, les deux derniers simples de dimanche, qui seront joués en deux sets, seront disputés pour l’honneur. « On verra qui jouera, nous n’y avons pas encore réfléchi, nous ne pensions pas être là où nous sommes aujourd’hui », avance Johan Van Herck. « Il faut laisser passer une nuit, nous verrons qui se sent comment demain, mais il est important de prendre ces matches au sérieux, pour le public, pour les organisateurs ».

Partager l'article

17 septembre 2016 - 20h05