Conflit en Syrie – Paris attend que l'administration Trump précise ses positions

La France espère que l’administration de Donald Trump va clarifier dans les prochaines semaines ses intentions sur la Syrie, alors que l’étau se resserre autour du groupe Etat islamique à Raqa, a indiqué mercredi à Washington le chef de la diplomatie française. Jean-Marc Ayrault a indiqué “sentir une difficulté à arbitrer” dans le chef de la nouvelle administration américaine, sur le choix de la force qui doit mener l’offensive sur Raqa, la capitale de facto de l’EI, et a indiqué souhaiter, à l’issue d’une réunion ministérielle de la coalition combattant l’EI en Irak et en Syrie, “que la réponse ne prenne pas trop de temps, il y a urgence”. “Nous souhaitons”, a poursuivi le ministre, que l’administration Trump n’aille “pas au delà du mois d’avril” pour prendre une “décision claire” sur la prise de Raqa.
Le Pentagone a transmis fin février à la Maison Blanche un plan pour accélérer la lutte contre l’EI, mais Washington n’a pas encore indiqué quelles options elle allait retenir. La France estime en tout cas que Raqa ne devrait pas être remise aux forces du régime syrien après sa libération, mais aimerait qu’elle soit plutôt administrée par des “forces de l’opposition modérée”, selon M. Ayrault. “On ne va pas mettre d’autres forces terroristes à la place. Sous-entendu, on ne va pas mettre des représentants du régime de Bachar al-Assad à la place”, a-t-il dit.
M. Ayrault a par ailleurs indiqué qu’il avait pris l’initiative de se réunir mardi à Washington avec des représentants de pays arabes ainsi que la Turquie, pour discuter de la prise de Raqa et de l’avenir de la ville. Ont participé à la réunion l’Arabie saoudite, le Qatar, les Emirats arabes unis et la Jordanie.
Parallèlement, de nouveaux raids aériens probablement menés par la coalition commandée par les Etats-Unis ont eu lieu mercredi, tuant, selon une organisation locale, plusieurs civils. “Huit civils ont été tués mercredi après-midi et 15 blessés dans des raids de la coalition”, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). “Les frappes ont touché une boulangerie et d’autres magasins proches dans la ville de Tabqa (contrôlée par l’EI). Certaines personnes sont toujours portées disparues et probablement ensevelies sous les décombres”, a dit l’ONG. Tabqa représente une importante ligne de défense pour l’EI, à une cinquantaine de km à l’ouest de Raqa.
Sur un autre front, des combats continuent d’opposer les rebelles et leurs alliés djihadistes de Fateh al-Cham aux forces du régime pour le quatrième jour consécutif dans l’est de Damas. Les affrontements, entre les quartiers de Jobar (est) et Qaboun (nord-est), sont les plus violents à Damas depuis deux ans.

Partager l'article

23 mars 2017 - 00h40