Conflit en Syrie – La Syrie est loin "d'une quelconque perspective"

Le président du Comité International de la Croix-Rouge (CICR) Peter Maurer, a peu d’espoir de voir la violence
diminuer en Syrie. Le pays en guerre civile est loin d’avoir une « quelconque perspective ». « La dynamique dans son ensemble n’indique pas que la guerre pourrait bientôt se terminer », explique Peter Maurer dans un
entretien accordé au journal suisse alémanique « SonntagsBlick ». Il n’a aucune raison de donner le signal de fin d’alerte pour ce conflit, les négociations de paix à Genève restent précaires.
Le président du CICR ne mâche pas ses mots en parlant de la trêve, convenue en début d’année. « Ce cessez-le-feu n’en était pas
un du tout. Je le considère comme une suspension partielle des hostilités ». C’était une goutte d’eau, qui a donné un peu d’espoir
aux gens. Mais « nous avons besoin d’une trève et de négociations de paix d’une autre qualité ».
Le CICR fait face à l’action humanitaire la plus compliquée en Syrie. L’ampleur de la destruction après seulement cinq ans de
guerre civile est frappante, détaille-t-il. « L’infrastructure du pays est fortement touchée. C’est probablement une des raisons pour lesquelles le conflit syrien provoque un tel déplacement de population », indique Peter Maurer.
Au total depuis l’éclatement de la guerre civile en Syrie environ 400.000 personnes ont perdu la vie. Des millions ont été
chassés de leur pays. Et pour l’heure, indique encore le chef du CICR, l’organisation n’a aucune preuve que la fermeture des
frontières sur la route des Balkans provoque des effets humanitaires négatifs sur la situation des réfugiés syriens.

Partager l'article

12 juin 2016 - 04h45