Communes à facilités – Wezembeek-Oppem se joindra à un recours au Conseil d'Etat contre la décision de Homans

Le bourgmestre de Wezembeek-Oppem, Frédéric Petit, a annoncé samedi que sa commune s’associera à un recours au Conseil d’Etat contre la décision de la ministre flamande des Affaires intérieure d’annuler les décisions des communes à facilités de la périphérie bruxelloise de constituer un registre des habitants francophones qui ont émis le souhait de recevoir leurs documents administratifs en français durant quatre ans. “De toute évidence ma commune se joindra à un recours au Conseil d’Etat contre cette décision abusive. En effet à Wezembeek-Oppem, c’est une décision du Collège qui est attaquée”, a-t-il affirmé à l’agence Belga.
La ministre flamande des Affaires intérieures, Liesbeth Homans (N-VA), a annoncé vendredi l’annulation par ses soins des décisions de cinq communes à facilités de la périphérie visant à établir un registre linguistique, dans lequel sont couchés les noms d’habitants francophones souhaitant recevoir durant quatre ans leurs documents administratifs en français.
“Homans une fois de plus manque l’occasion de pacifier nos communes”, a commenté samedi M. Petit (MR).
Le bourgmestre non nommé de Linkebeek, Damien Thiéry, avait annoncé dès vendredi soir l’introduction d’un recours au Conseil d’Etat contre la décision de la ministre flamande.

Partager l'article

24 juin 2017 - 10h05