Colombie: "La paix est proche et nous allons l'atteindre"

Le président Juan Manuel Santos a affirmé que la paix était « proche » en Colombie mercredi, après avoir reçu les principaux opposants à l’accord de paix avec la guérilla des Farc, rejeté dimanche par référendum. « La paix en Colombie est proche et nous allons l’atteindre », a assuré le chef de l’Etat depuis le palais présidentiel, après avoir reçu son prédécesseur Alvaro Uribe, tenant du « non » à l’accord de paix signé avec la guérilla marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc).
M. Uribe a quant à lui estimé mercredi qu’il valait mieux « la paix pour tous » qu' »un accord faible », à l’issue de cette réunion. Il a en outre à nouveau dénoncé « l’impunité totale » et « éligibilité politique » prévues, selon lui, par l’accord pour les guérilleros démobilisés.
M. Santos s’était auparavant entretenu avec un autre ex-président, Andrés Pastrana (1998-2002), promoteur des dialogues du Caguan, précédente tentative de paix menée en vain.
A sa sortie, M. Pastrana a déclaré avoir pour sa part demandé la mise en place « immédiate » des zones où les rebelles doivent se rassembler pour déposer leurs armes, sous supervision de l’ONU. Selon lui, cela donnerait aux « guérilleros des Farc la tranquillité que nous allons avancer dans ce processus ».

Partager l'article

06 octobre 2016 - 01h50