Chanter "Happy Birthday" est désormais officiellement gratuit

Un juge fédéral a validé lundi un accord amiable reconnaissant que la célèbre chanson « Happy Birthday » appartenait au domaine public, ce qui permet en conséquence son interprétation sans acquitter de royalties. Cet accord, approuvé par le juge George King à Los Angeles, met un terme à un litige entre l’éditeur Warner/Chappell Music –qui affirmait détenir les droits de la chanson– et des plaignants à l’origine d’une action de groupe en 2013.
« C’est une grande victoire pour le public et pour les artistes voulant utiliser ‘Happy Birthday to you’ dans leurs vidéos et dans leur musique », a commenté Daniel Schacht, avocat des plaignants.
Les poursuites avaient été initiées lorsque la production d’un film à petit budget consacré à l’histoire de la chanson a refusé de payer les 1.500 dollars réclamés par l’éditeur musical pour l’utilisation du morceau.
Le juge King avait décidé l’an dernier que les droits de la chanson n’appartenaient pas à Warner/Chappell Music, filiale du géant Warner Music. La maison de disques a par la suite accepté de payer 14 millions de dollars dans le cadre d’une transaction amiable, ce qui éteint de facto ses revendications concernant le copyright de « Happy Birthday ».
Les deux parties ont admis que Patty Hill, une éducatrice de jardin d’enfants dans le Kentucky (centre-est), avait écrit la chanson en 1893 avec sa soeur Milfred. Certains affirment néanmoins que la mélodie est plus récente.
Warner/Chappell Music a racheté la société qui revendiquait la propriété de la chanson depuis 1988 en affirmant que le copyright sur les paroles courait jusqu’en 2030.

Partager l'article

28 juin 2016 - 03h20