Catastrophe de Buizingen : Le parquet poursuit le conducteur du train, la SNCB et Infrabel

Le parquet de Hal-Vilvorde a décidé de poursuivre le conducteur du train Louvain-Braine-le-Comte, la SNCB et Infrabel pour leurs responsabilités dans la catastrophe de Buizingen, qui a coûté la vie à 19 personnes le 15 février 2010, a-t-il indiqué vendredi. Le conducteur aurait ignoré un feu rouge et la SNCB ainsi qu’Infrabel auraient négligé la sécurité de l’infrastructure ferroviaire et des trains. Les réquisitions finales du parquet tombent plus de sept ans après la catastrophe ferroviaire. Le 15 février 2010, un train L en direction de Braine-le-Comte et un train IC au départ de Quiévrain, à destination de Liège-Guillemins, étaient entrés en collision à hauteur de Buizingen. L’accident avait causé la mort de 19 personnes et fait 162 blessés, dont 11 grièvement.

Le parquet de Bruxelles avait ouvert une enquête judiciaire, qui a été reprise ensuite par le parquet de Hal-Vilvorde. L’enquête a révélé que le conducteur du train avait franchi un feu rouge. L’homme a toujours nié sa responsabilité dans l’accident mais un doute subsisterait sur sa version des faits après l’analyse des éléments de conduite et de la signalisation.

Le parquet veut désormais poursuivre le conducteur devant le tribunal de police de Hal. Il risque cinq ans de prison et une amende de 3.000 euros. La SNCB et Infrabel sont également poursuivies et risquent une amende de 600.000 euros.

La chambre du conseil se penchera sur le dossier le 24 avril prochain.

Partager l'article

10 mars 2017 - 11h05