Bruxelles: les voeux des Verts ont un parfum de meilleures gouvernance et transparence

Les écologistes francophones et néerlandophones de la capitale ont (re)lancé jeudi leurs propositions en matière de gouvernance et de transparence à l’occasion des bons voeux adressés à la presse, dans le contexte des dossiers Publifin et Kazakhgate. Leurs anciennes comme leurs nouvelles, formulées sous forme de propositions d’ordonnance ou de résolution, seront remises au groupe de travail du parlement bruxellois réunissant majorité et opposition et qui a été convoqué vendredi. Les chefs de groupes Ecolo et Groen, Zoé Genot et Bruno De Lille proposent notamment de mettre sur pied une commission bruxelloise indépendante de déontologie composée exclusivement d’experts. Celle-ci serait chargée de d’élaborer un Code de déontologie des mandataires et de rendre des avis qu’elle transmettrait, quand ils concernent des parlementaires, à la Commission de contrôle du Parlement qui statue et inflige, le cas échéant, une sanction.
Ecolo et Groen prônent, sans attendre, l’instauration d’un décumul intégral entre la fonction de parlementaire et celle de Bourgmestre/Echevin/Président de CPAS (exécutif local).
Ils insistent pour l’ouverture de l’examen, au parlement, de leur texte déposé il y a deux ans en faveur de l’intégration de représentants de l’opposition au sein des organismes para-régionaux (STIB, le Port, Citydev, …) d’où la majorité PS-Défi-cdH-OpenVLD-CD&V-SP a choisi de les éjecter.
Les écologistes sont également demandeurs d’une limitation des revenus publics et privés des parlementaires, bourgmestres, échevins et des présidents de CPAS, plafonnés à 150 % de l’indemnité parlementaire. Ils plaident pour l’établissement d’un cadastre des mandats publics reprenant la liste des mandats publics et professions/mandats privés ainsi que le montant des diverses rémunérations des parlementaires, bourgmestres, échevins et présidents de CPAS.
Un chapitre de leurs propositions porte sur la transparence, à commencer par celle des ordres du jour et des PV des réunions du gouvernement bruxellois.
Ecolo et Groen demandent enfin la création attendue depuis des années d’une fonction de médiateur régional et la mise en place d’un statut spécifique pour les lanceurs d’alerte.

Partager l'article

26 janvier 2017 - 12h05