Bruxelles envisage un renfort des contrôles sur les fraudes au filtre à particules

La secrétaire d’Etat bruxelloise à la Sécurité routière Bianca Debaets a commandé à Bruxelles Mobilité une étude sur les émissions de particules des voitures carburant au diesel et les fraudes éventuelles au filtre à particules. “Sur base des résultats, j’envisage de donner aux centres de contrôle technique un soutien financier pour qu’ils bénéficient de la meilleure technologie possible” pour repérer cette fraude, a-t-elle indiqué.

Une enquête de la VRT avait révélé lundi que l’inspection automobile en Belgique n’était pas capable de repérer un véhicule diesel duquel a été retiré le filtre à particules.

Etant donné que tout un chacun peut faire contrôler son véhicule dans n’importe laquelle des trois Régions, Mme Debaets (CD&V) fait observer qu’une concertation interrégionale permettrait d’offrir une réponse uniforme aux fraudes au filtre à particules.

La veille, le ministre flamand de la Mobilité Ben Weyts (N-VA) avait déjà avancé sa solution: renvoyer, en cas de soupçon d’absence du filtre à particules lors du contrôle technique, le propriétaire de la voiture vers un distributeur agréé pour obtenir une attestation, avant tout feu vert de l’inspection automobile. M. Weyts plaide aussi pour des normes européennes plus strictes.

Partager l'article

04 juillet 2017 - 16h50