Brésil : "Lula était le chef suprême du réseau de corruption" dans le scandale Petrobras

L’ancien président de gauche du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2010), était le « chef suprême » du réseau de corruption au sein du géant public pétrolier Petobras, a déclaré mercredi le procureur responsable du dossier, qui a transmis à un juge le dossier d’inculpation de Lula pour corruption et blanchiment d’argent. « Le parquet accuse Luiz Inacio Lula da Silva d’être le chef suprême du réseau de corruption » qui opérait à Petrobras, a annoncé le procureur Deltan Dallagnol au cours d’une conférence de presse à Curitiba, où le juge Sergio Moro, chargé du dossier sur les enquêtes de « l’Opération Lavage rapide », devra désormais décider s’il accepte ou non d’inculper l’ex-chef de l’Etat.
M. Dallagnol a relevé que le réseau de corruption ne se limitait pas à Petrobras mais touchait aussi sa filiale Eletrobras, les ministères de la Planification et de la Santé, la banque d’Etat Caixa Econômica et probablement d’autres organismes publics.
« Sans le pouvoir de décision de Lula, ce réseau aurait été impossible », a souligné le procureur, ajoutant que l’ancien président se trouvait « en haut de la pyramide ».
M. Dallagnol a affirmé que dans le cadre de ce « plus grand scandale de corruption de l’histoire du Brésil », Lula avait reçu quelque 3,7 millions de réais (1,1 million de dollars au taux de change actuel) « en pots-de-vin ».
Il a également dit que la société de BTP OAS, l’une des principales entreprises impliquées dans le réseau de corruption, avait octroyé des avantages en nature à Lula, notamment par le biais de travaux dans un appartement.

Partager l'article

15 septembre 2016 - 00h00