Brexit – Les questions les plus délicates pas avant fin 2017

Les questions les plus délicates relatives au départ de la Grande-Bretagne de l’UE se poseront seulement à la fin de 2017, après les élections allemandes, a estimé jeudi l’ancien président du Conseil européen, Herman Van Rompuy. « Avant les élections allemandes (prévues pour septembre 2017) et avant la constitution d’un nouveau gouvernement allemand, aucune négociation sérieuse n’aura lieu », a-t-il assuré sur la Radio 4 de la BBC, dans l’émission « Today ».
Les Britanniques ont voté par référendum en juin pour le « Brexit » ou la sortie de leur pays de l’UE, mais le processus ne peut s’engager avant que Londres active l’article 50 du Traité européen de Lisbonne.
La Première ministre britannique, Theresa May, a déclaré qu’elle n’engagerait pas le processus officiel avant 2017. « Vous pouvez toujours commencer avec les questions davantage techniques, mais le plus ardu, les sujets difficiles, seront abordés après la constitution du nouveau gouvernement allemand. Cela nous porte en octobre-novembre », a poursuivi Herman Van Rompuy.
Le sujet le plus délicat à négocier portera vraisemblablement pour la Grande-Bretagne sur la restriction à la liberté de circulation de la main-d’oeuvre européenne, tout en assurant l’accès du pays au marché unique.
L’UE doit chercher un accord mutuellement avantageux avec Londres mais des « lignes rouges » ne doivent pas être franchies, a estimé Herman Van Rompuy, qui est également l’ancien Premier ministre belge. « La liberté de circulation est l’une de ces lignes rouges », a-t-il relevé.
L’Union européenne ne considère pas qu’elle doit « punir » la Grande-Bretagne mais elle ne souhaite pas encourager d’autres membres à la quitter, a relevé l’ancien président du Conseil européen.
Ses déclarations interviennent à la veille du sommet de Bratislava où les dirigeants européens vont tenter de relancer le projet européen ébranlé par le Brexit.

Partager l'article

16 septembre 2016 - 00h15