Brantano: une trentaine d'emplois menacés à la centrale d'Erembodegem

La direction de Brantano a annoncé mercredi, lors d’un conseil d’entreprise extraordinaire, son intention de procéder à un licenciement collectif de « 30 à 35 emplois » sur 83 au sein de la centrale d’Erembodegem, qui abrite le siège social, a indiqué Rita Liebens, secrétaire permanente du Setca. « Depuis le rachat de Brantano S.A, le discours a changé. Les repreneurs disaient vouloir maintenir l’emploi, ce qui n’est visiblement plus le cas. On a l’impression que, petit à petit, l’entreprise est découpée en tranches avec des suppressions de postes à la clé », explique Rita Liebens. Une nouvelle réunion entre syndicats et direction est prévue la semaine prochaine.

L’ouverture de la procédure Renault devrait permettre d’étudier des pistes pour tenter de sauver des postes, selon la responsable syndicale. Les nouveaux investisseurs précisaient en juillet dernier qu’ils allaient déménager le siège central d’Erembodegem, près d’Alost, vers Malines. Un accord-cadre prévoit toutefois que tous les travailleurs garderont leur emploi à Malines. Ceux qui ne sont pas d’accord avec cela seront licenciés durant l’automne.

« Le regroupement vers Malines ne permet pas à tous les travailleurs d’Erembodegem de faire plusieurs heures de route pour travailler », insiste encore Mme Liebens. La logistique et le transport seront maintenus à Erembodegem, conclut la responsable syndicale.

Partager l'article

21 septembre 2016 - 18h45